Les États-Unis et l’Iran proches de la reprise des négociations pour l’accord sur le nucléaire

La possibilité d’une reprise des négociations sur le nucléaire iranien entre dans une phase décisive grâce à une série de rencontres préliminaires qui ont eu lieu indirectement entre les représentants de Washington et de Téhéran sous la pression diplomatique exercée à la fois par les deux parties et par l’Union européenne . L’objectif est de restaurer le document signé sous la présidence d’Obama et annulé unilatéralement par Trump, mais sans l’accord des autres signataires. Pour les États-Unis et les autres signataires, il est important que l’Iran respecte l’accord nucléaire et pour l’Iran, il est essentiel que les États-Unis lèvent les sanctions et permettent à l’économie perse de redémarrer. Si matériellement la rencontre entre les deux délégations n’a pas eu lieu, l’engagement de la diplomatie européenne a permis concrètement un dialogue à distance. La situation actuelle est à attribuer à la stratégie erronée de Trump, qui, en se retirant du traité, a favorisé les conditions du retour de l’Iran à l’enrichissement d’uranium et, en même temps, a créé les conditions pour que Téhéran juge injustifié de s’asseoir à une table. . avec les États-Unis, sans que Washington ne retire les sanctions. D’un point de vue politique, la position de l’Iran serait irréprochable s’il ne se retirait trop substantiellement de l’accord en enrichissant de l’uranium. La situation actuelle est dans l’impasse: Biden veut le retour de l’accord, mais ne retirera pas les sanctions jusqu’à ce qu’un nouvel accomplissement iranien, vice versa, Téhéran exige d’abord le retrait des sanctions pour s’asseoir à la table avec les États-Unis, puis s’assurer que le interruption des processus d’enrichissement de l’uranium. Cette situation de blocus pourrait être levée par une démonstration de bonne volonté des Américains, comme l’a également déclaré le porte-parole américain, qui juge nécessaire d’arrêter les sanctions pour relancer les négociations; paroles reçues positivement en Iran, qui suggèrent une solution positive. Les dernières réunions préliminaires ont abouti à la mise en place de deux groupes de travail qui examineront respectivement les modalités d’interruption des sanctions américaines et la voie du rétablissement des conditions de l’accord dans le pays iranien. Washington, tout en se préparant favorablement à l’évolution de la situation, garde un profil bas face à la possibilité d’un succès de la négociation, étant donné que le délai de restauration de l’accord ne semble pas court. Les États-Unis refusent la logique de procéder d’abord au blocage des sanctions pour arriver à l’action iranienne conséquente, ils préfèrent plutôt une modalité synchrone avec Téhéran dans le renoncement conjoint aux conditions actuelles. A cet effet, il est important que les deux parties mettent en place une procédure marquée de certains moments dans les différentes étapes, même s’il est difficile de prévoir un certain délai pour arriver à la fin du processus. L’objectif commun de Washington et de Bruxelles est d’arriver à une solution avant les élections iraniennes de juin, de sorte que même un gouvernement d’une direction différente de celle actuelle trouve une situation déjà définie, cependant, plusieurs analystes estiment qu’il est hautement improbable de conclure. le processus à la date électorale et cela pourrait provoquer un nouveau début de négociations avec de nouveaux interprètes et conditions. Pour la Maison Blanche, il est important d’éviter un rapprochement de Téhéran avec Pékin, également causé par l’intérêt commun d’affaiblir la domination de la monnaie américaine dans le monde, facteur qui a été à la base du succès des sanctions américaines, non seulement contre l’Iran mais aussi contre d’autres entités internationales. Cet argument peut cependant être à la base d’un projet à moyen ou long terme, dans l’immédiat il n’est pas faisable et les besoins à court terme pour l’Iran sont de redynamiser son économie, qui souffre, au-delà des sanctions, la mauvaise situation économique nationale et internationale et les effets de la pandémie. Ces raisons pratiques pourraient être le facteur décisif pour donner une impulsion encore plus grande aux négociations et résoudre pour Washington une situation qui peut détourner l’attention et les ressources américaines pour les allouer à des scénarios jugés plus décisifs, comme celui de l’Asie du Sud-Est, tandis que pour la stabilité régionale L’Iran sans armes nucléaires signifierait également l’absence de prolifération de la part de l’Arabie saoudite et une attitude plus prudente de la part d’Israël.