L’Alliance atlantique offre des garanties à la Finlande et à la Suède, également pour renforcer l’Union européenne

La question de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Alliance atlantique continue de poser problème à l’aversion de la Turquie, qui nécessite des homologues d’Helsinki et de Stockholm, ce que les dirigeants de l’Alliance ne peuvent garantir ; malgré cette prise de conscience, le secrétaire général de l’Alliance atlantique, Stoltenberg, s’est dit optimiste et confiant quant à la conclusion positive du processus d’adhésion. Les déclarations d’optimisme ont eu lieu lors du sommet avec le président de la Commission et le président du Conseil de l’Union européenne, dans le cadre de la signature de la troisième déclaration d’aide en faveur du soutien militaire à l’Ukraine ; cependant, malgré la confiance dans l’inclusion de la Finlande et de la Suède dans l’Alliance, l’impasse n’est pas sortie. La conclusion positive du processus d’adhésion à l’Alliance atlantique est vue dans une perspective d’une importance historique et politique très significative, en raison de la tradition de neutralité des deux pays et de leur position stratégique, au sein de l’opposition aux ambitions russes contre le ‘ Europe : précisément à cause de ces bilans, la ratification d’adhésion a été signée par 28 membres et rejetée uniquement par la Turquie et la Hongrie. Les raisons des deux États opposés sont différentes : Ankara n’aime pas le refuge offert par les pays nordiques aux exposants kurdes, allant donc s’interroger sur les raisons politiques internes des États candidats, tandis qu’à Budapest le suspect est l’attitude favorable envers le président russe , manifestée à plusieurs reprises et à l’origine de profonds désaccords également au sein de l’Union européenne. La Suède et la Finlande ont tenté de poser des actes qui pourraient satisfaire la Turquie : comme la limitation des activités des Kurdes sur leurs territoires, Stockholm a également levé l’interdiction de vente d’armes à Ankara et pris ses distances avec les milices kurdo-syriennes , comme le demande la Turquie, malgré le rôle reconnu par les pays occidentaux dans la lutte contre l’État islamique ; cependant, ces ouvertures ne suffisent pas au président Erdogan, qui ne pourra probablement pas faire de concessions malvenues à son électorat avant les élections de juin prochain. En tout état de cause, comme l’ont rappelé les dirigeants de l’OTAN, le risque d’une attaque militaire russe contre la Finlande et la Suède n’est pas considéré comme possible précisément en raison des garanties fournies tant que les deux pays ne sont pas membres de l’Alliance ; en fait, par conséquent, les deux nations bénéficient déjà de la protection de l’Alliance atlantique à tous égards comme si elles en faisaient partie de manière formelle et une éventuelle attaque militaire implique déjà une réponse automatique de l’OTAN. La dernière déclaration conjointe entre l’Union européenne et l’Alliance atlantique réaffirme les intentions de celles signées en 2016 et 2018, mais s’inscrit dans le contexte de la guerre d’agression perpétrée par la Russie et renforce la position de la Finlande et de la Suède dans l’espace euro-atlantique. secteur, apportant une nouveauté politique substantielle qui, dans l’immédiat, a une fonction anti-russe, mais promet à l’avenir d’avoir d’autres développements au-delà des militaires. La déclaration de 2023 confirme donc le concept stratégique de l’Alliance atlantique, qui définit l’Union européenne comme un allié unique et essentiel et, sur cette base, exige son intégration encore plus poussée, surtout dans le cadre de la stratégie commune de de défense et de sécurité internationale. Très important est le jugement favorable à un développement autonome des structures de défense militaire de l’Union européenne, bien que toujours au sein de l’Alliance atlantique, une question remise en question à plusieurs reprises par l’ancien président des États-Unis, Trump. Si ces considérations ont un caractère fonctionnel plus pertinent à la situation contingente, relative au conflit entre la Russie et l’Ukraine, des jugements ont également été exprimés, notamment par la présidente de la Commission de l’Union européenne, Ursula Von der Leyen, relatives à des situations potentielles déjà présentes , mais qui, pour l’instant, se limitent aux conflits de nature commerciale, comme les relations avec la Chine. La volonté évidente de Pékin de remodeler l’ordre international à son profit doit alarmer les pays démocratiques, qui risquent de voir leurs particularités dans la manière de gouverner altérées. Seules une plus grande intégration politique et la création d’une force militaire autonome en Europe peuvent garantir une capacité de dissuasion face aux menaces armées voire aux revirements de la politique américaine, plus aussi stable qu’elle l’était autrefois, qui pourrait entraîner une diminution de son propre intérieur de la Alliance atlantique, en raison de tendances isolationnistes déjà observées dans le passé récent des États-Unis.

Pour Schengen, seule la Croatie est admise, à l’exclusion de la Roumanie et de la Bulgarie

La conclusion du processus d’adhésion à l’espace Schengen, entamé en 2016, met fin à un processus marqué par des crises provoquées par la traversée de la route des Balkans par plus d’un million de migrants. Le comportement particulièrement violent des Croates a suscité des critiques de la part de la Commission européenne, ainsi que de nombreuses associations de défense des droits de l’homme. Zagreb doit contrôler la deuxième plus grande frontière terrestre de l’Union avec des moyens limités, mais cela ne justifie pas une approche fondée sur des méthodes répressives, qui ne justifient pas, selon huit organisations non gouvernementales très pertinentes, l’admission à l’espace Schengen, de surcroît a condamné le manque de sensibilité de Bruxelles pour la protection et le respect des droits civiques. L’admission dans l’espace Schengen devrait apporter des avantages substantiels dans le domaine du tourisme et des transports au pays croate et il serait souhaitable que la Commission européenne demande expressément, en échange de ces facilités, un engagement plus important dans le domaine de la protection des migrants. droits et aussi une plus grande volonté d’accueillir des quotas de migrants, questions auxquelles Zagreb ne s’est pas montré trop sensible jusqu’à présent. Si la Croatie a obtenu l’adhésion tant attendue à Schengen, la Roumanie et la Bulgarie sont toujours bloquées par des veto déterminés par des raisons fonctionnelles aux autres États et qui sont influencés par des intérêts partisans exclusifs, masqués par des raisons d’intérêts supérieurs. Le président du Parlement européen et le commissaire aux affaires intérieures ont exprimé leur déception face à l’exclusion de Bucarest de l’espace Schengen, que le pays roumain demande depuis onze ans. Les principaux coupables du refus se trouvent à Vienne et à La Haye, même si Hollande semblait plus enclin à donner un avis favorable, puis démenti au final. La Roumanie semble répondre aux critères d’admission à Schengen, puisqu’elle a en fait été jugée par la Commission ainsi que par les membres du Parlement européen. En réalité, les vraies raisons du refus autrichien seraient économiques, le gouvernement de Vienne a déjà dénoncé, par le passé, des pressions des autorités roumaines sur des entreprises autrichiennes et aussi la question de la compagnie pétrolière étatique de Bucarest, qui appartient à l’Autrichien entreprise, est à l’origine de tensions entre les deux pays. En réalité, les raisons avancées pour justifier le refus de Vienne concernaient les 75 000 migrants illégaux présents en Autriche, en quantité déclarée ingérable ; or le trafic migratoire vers le pays autrichien provient majoritairement de la Croatie et de la Hongrie, mais la Roumanie et la Bulgarie sont mises en cause pour des raisons de politique interne, c’est-à-dire pour satisfaire l’électorat de droite et pour faire remarquer à l’Union que l’Autriche a beaucoup plus de demandes d’asile qu’elle peut gérer. Une fois de plus, donc, l’Autriche se distingue par la pratique d’une politique égoïste, qui risque de compromettre l’équilibre déjà précaire de la cohésion européenne, en pliant les intérêts communautaires à son avantage individuel ; ainsi aussi le veto contre la Bulgarie, toujours de la responsabilité des Autrichiens et des Néerlandais, risque d’orienter le pays bulgare vers des positions toujours plus proches de la Russie. Les Pays-Bas motivent leur non en raison de l’absence de conditions minimales pour le fonctionnement de l’État de droit, un défaut constaté et signalé à plusieurs reprises par les Néerlandais, pour qui l’opposition à l’entrée de la Bulgarie dans l’espace Schengen, par Amsterdam , c’était un attendu fait; presque inattendu, au contraire, le veto de l’Autriche, qui a associé les raisons relatives aux questions migratoires valables pour la Roumanie également à la nation bulgare. En réponse à ce refus, le gouvernement de Sofia a menacé de représailles les deux pays, soulignant, une fois de plus, à quel point le mécanisme de l’unanimité est désormais non seulement obsolète mais évidemment nuisible à la politique de l’UE. D’un point de vue stratégique, la non-admission de la Bulgarie à Schengen représente une grossière erreur, car elle intervient dans un pays profondément bloqué par une crise institutionnelle, due à l’absence d’accord pour la formation du gouvernement, depuis les élections résultat d’octobre dernier, par les forces majoritaires pro-occidentales et cela ne peut que favoriser les forces contre l’Union européenne, qui, dans le même temps, sympathisent ouvertement avec Poutine. L’Autriche et la Hollande, donc, avec le refus envers la Bulgarie et la Roumanie, assument la responsabilité du risque de diminution des sympathies européennes dans les territoires contigus au conflit : une conséquence mal évaluée ou seulement surmontée par des intérêts partisans futiles.

Le difficile processus d’adhésion des pays des Balkans à l’Union européenne

La stratégie de l’Union européenne avance lentement et avec quelques doutes sur l’admission des pays balkaniques au sein de son organisation. L’intention principale est de soustraire les nations des Balkans à l’influence russe potentielle, ce qui obligerait l’Europe à avoir une présence supplémentaire de Moscou à ses frontières ; d’autre part, cependant, des doutes subsistent sur l’existence des conditions requises par Bruxelles et aussi sur la réelle opportunité d’élargir les membres de l’union à des pays pas trop convaincus des principes européens et surtout ambitieux d’entrer sur le marché le plus riche du monde et profiter des riches subventions de l’Union européenne. Le rapport coût-bénéfice de l’admission de la Bosnie, du Kosovo, du Monténégro, de la Macédoine du Nord et de la Serbie porte précisément sur le dilemme entre la nécessité de soustraire à l’influence russe les pays où la sympathie pour Moscou est de toute façon présente et forte et la gestion des pays qui pourrait ressembler à la relation avec ceux du pacte de Visegrad. Avec les règles européennes actuelles fondées sur l’unanimité des décisions, permettre l’entrée de nouveaux membres, pour lesquels nous n’avons pas les garanties les plus complètes, apparaît comme un tel risque susceptible de fragiliser davantage les équilibres précaires qui régissent l’Union ; il en serait autrement si le critère de l’unanimité était supplanté par celui de la majorité, capable de rendre impossible le blocage des décisions et de permettre une gouvernance plus rapide de l’instance supranationale et non bloquée par des besoins contingents, aussi et surtout politiques, de la les individus déclarent des sujets. Nous procédons donc pour l’instant lentement, avec des aides pour lutter contre la crise énergétique et d’autres concessions pratiques, mais d’importance mineure, comme l’extension du roaming téléphonique ; ainsi qu’une déclaration solennelle dans laquelle l’UE a réaffirmé “son attachement total et sans équivoque à la perspective européenne de tous les pays des Balkans occidentaux”.Cependant, ces petits progrès doivent être vus d’un œil positif, car les pays candidats au sommet et le président de la Commission a produit une intention d’affronter ensemble les difficultés causées par la guerre en Ukraine et de bonnes perspectives, bien qu’à moyen terme, sur l’avenir des relations entre les parties. Le président du Conseil européen a également tenu des propos optimistes pour l’entrée en Europe des pays baltes, mais avec un timing non immédiat, confirmant à nouveau l’hypothèse d’un processus qui n’est certes pas court, mais, apparemment, inévitable. Pour certains pays, l’intégration pourrait être plus étroite et, en effet, pour Albanie, Monténégro et Macédoine du Nord, le fait d’être déjà membre de l’Alliance atlantique est un facteur préférentiel pour l’admission à Bruxelles, même si je sais Il n’y a toujours pas d’obstacles concernant les exigences demandées par l’Union et sur lesquelles ces nations se sont engagées à travailler pour atteindre les normes requises. Le chemin de la Bosnie apparaît plus long en raison de son instabilité constitutionnelle, qui a pris un caractère chronique, ce qui constitue une raison décisive pour ralentir le processus d’admission. La question du Kosovo est encore plus compliquée, car le pays des Balkans est actuellement conscient qu’il ne peut même pas entamer un processus d’admission car il doit résoudre les problèmes de reconnaissance internationale de sa déclaration unilatérale d’indépendance et de non-reconnaissance de la Serbie, la Fédération la Russie et surtout les 5 membres de l’UE (Espagne, Chypre, Grèce, Slovaquie et Roumanie), et la République Populaire de Chine ; en Europe, le plus grand obstacle est représenté par Madrid, qui refuse la reconnaissance en comparant la sécession du Kosovo à celle tentée par la Catalogne. Cependant, le cas le plus complexe est représenté par la Serbie, qui prétend vouloir avancer vers l’adhésion à l’Union, mais, en même temps, maintenir ses liens avec la Russie, qui ne sont pas seulement politiques, mais aussi culturels et religieux. Avec le tournant de la guerre d’Ukraine et l’attitude déjà longtemps entretenue par Poutine, d’opposition profonde au respect des droits civils et politiques et de profond contraste avec la dissidence, la conduite de Belgrade n’est pas acceptable pour Bruxelles et la distance profonde qui a créé entre l’Union, profondément pro-atlantique, et la Russie, apparaît actuellement comme un obstacle insurmontable. Sans un alignement sur la politique étrangère européenne, la Serbie n’a aucune chance d’adhérer à l’Europe, mais ce résultat serait très défavorable à l’Union, qui pourrait même voir une base pour la flotte russe s’élever au centre de la mer Adriatique : ce qui ne doit pas arriver absolument.

Le difficile dialogue entre la Russie et l’Ukraine

Selon des informations du journal américain “Washington Post”, l’administration de la Maison Blanche a officieusement exhorté l’exécutif de Kiev à se montrer disponible afin que l’Ukraine puisse entamer une voie qui pourrait conduire à des pourparlers avec le gouvernement russe. Selon l’exécutif américain, il existe un réel danger pour le pays ukrainien de perdre le soutien et l’aide des autres nations ; selon certains analystes, la sollicitation américaine n’est que préparatoire à une éventuelle diminution du volume de l’aide, notamment militaire, en prévision d’éventuels changements dans les structures et l’orientation politiques de certains pays et aussi des États-Unis eux-mêmes, qui avec la prochaine les élections de mi-mandat, pourraient modifier la composition du pouvoir législatif. Aux préoccupations politiques s’ajoutent celles d’ordre économique, dues aux coûts induits par la guerre et sa prolongation, notamment dans le secteur de l’énergie, mais pas seulement : en effet, si la hausse des coûts de production affecte la tendance de croissance des pays riches, dans les pays pauvres l’inquiétude est liée au manque de nourriture, causé par le blocage des exportations de blé ukrainien. Pour l’instant ces tendances, bien qu’émergentes, restent minoritaires, mais les difficultés économiques, combinées au changement de tendance de certains gouvernements, malgré les démentis, pourraient favoriser une baisse des aides en armement, également au nom d’une idée pacifiste déformée, car indirectement nettement favorable à Moscou. Jusqu’à présent, cependant, le président ukrainien ne s’est pas montré disposé à changer son attitude de bouclage total à moins qu’il n’ait affaire à un nouveau gouvernement russe, installé après le renversement de Poutine ; cette éventualité apparaît très éloignée, voire totalement inaccessible, en raison du contrôle de fer que le président russe maintient sur l’appareil bureaucratique et gouvernemental de la Russie. La position ukrainienne, cependant, est compréhensible : le pays a été envahi, bombardé et entraîné dans un conflit qui a produit la mort et la destruction sur son territoire, dont il a perdu des portions substantielles ; les conditions à Kiev ne concernent pas seulement le refus de négocier avec le locataire du Kremlin, mais incluent également le retrait et la restitution des territoires occupés avec une compensation adéquate pour les dommages subis par les actions militaires russes. Poutine lui-même, qui avait montré de bonnes intentions, en paroles, sur la possibilité d’une négociation, maintient une attitude complètement opposée à celle de Kiev et prétend, comme point de départ, garder les territoires conquis et annexés avec les faux référendums et laisser la limites actuelles inchangées. La situation semble sans issue, les positions sont trop conflictuelles et pourtant, le simple fait que l’on commence à parler de dialogue, même s’il est impossible pour l’instant, peut signifier un peu d’espoir. Si l’Ukraine a besoin de tout le soutien qu’elle peut obtenir, elle a néanmoins montré qu’elle avait une plus grande détermination que les forces armées russes et a contraint Moscou à pratiquement épuiser son arsenal, qui doit être reconstitué ; la situation intérieure du pays russe n’est pas des meilleures : la crise économique et le mécontentement, s’ils ne conduisent pas à des protestations majeures, ne permettent pas la création d’une force combattante avec une conviction égale à celle de l’Ukraine, cette guerre n’est pas ressentie comme sa propre au peuple russe, qui le fuit ou l’accepte avec résignation. Ces éléments, combinés au fait que le Kremlin commence à subir la pression de la Chine, opposée à la poursuite d’un conflit qui comprime la croissance économique mondiale et donc aussi les exportations chinoises, indiquent que la voie du dialogue est peut-être plus probable qu’elle Les conditions actuelles permettent une évolution positive. L’arrêt des armes devra être la première étape nécessaire, mais cela ne suffira pas si un réseau mondial n’est pas créé, capable de faire sortir les deux parties de leurs positions respectives, en gardant toujours à l’esprit les raisons de l’Ukraine qui est le pays où il est a été attaqué. La Russie doit prendre conscience qu’elle est un État de plus en plus isolé et en cela sera fondamentale l’action de Pékin, qui a jusqu’à présent soutenu politiquement Moscou : si cela se produit, Poutine devra accepter sa réduction des effectifs au niveau international, ce qui ne peut qu’être récupéré en cédant au front aux exigences de Kiev. Le chemin n’est pas facile et même pas court, mais, pour le moment, il semble être la seule voie à suivre.

L’Iran pourrait attaquer des pays étrangers pour détourner l’attention de ses problèmes internes

L’état d’alerte globale pourrait bientôt voir à côté du scénario de guerre du front ukrainien, voire un conflit potentiel impliquant l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Irak et les Etats-Unis. Téhéran, aux prises avec l’un des détenus les plus graves de l’histoire de la république islamique, en raison du décès d’un de ses citoyens, d’origine kurde, suite à l’arrestation par la police religieuse, pour port incorrect du voile, il aurait identifié dans une action militaire la méthode pour pouvoir distraire l’opinion publique interne des protestations en cours. Il est clair que si cela était vrai, le régime théocratique révélerait toute sa faiblesse dans un pari dont le résultat, en plus de ne pas être du tout évident, pourrait même être la cause de l’augmentation des manifestations de dissidence. Le gouvernement iranien a de plus en plus accusé l’Arabie saoudite, l’Irak, les États européens, Israël et, bien sûr, les États-Unis, de fomenter des protestations, qui se multiplient de plus en plus contre les règles imposées par le clergé chiite. Dans la région du Kurdistan iranien, plus de la moitié des habitants suivent les règles de l’islam sunnite, tandis qu’au Kurdistan irakien, les sunnites sont presque tous : en fait, ils sont donc les ennemis des chiites, dont l’Iran se considère comme le principal représentant. Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, est le siège des troupes américaines toujours présentes en Irak, et a déjà fait l’objet, par le passé, d’attaques de drones et de missiles iraniens, dans un cas déjoués par les Américains eux-mêmes. Quant à l’Arabie saoudite, les relations entre les deux États ont toujours été compromises pour des raisons religieuses, puisque Riyad est le plus haut représentant des sunnites et Téhéran des chiites et tous deux revendiquent la suprématie religieuse dans le credo islamique. Bien que Riyad et Washington aient eu récemment des désaccords sur la volonté saoudienne de réduire la production de pétrole brut, décision sans doute favorable à Moscou, cette menace rapproche les deux pays, après une phase où le président Biden avait expressément déclaré vouloir mener à bien un examen des relations bilatérales. Le danger d’une attaque iranienne ne permet pas aux États-Unis d’abandonner leurs intérêts stratégiques dans la région, centrés sur la défense de la politique antiterroriste et la volonté d’intégrer de plus en plus Israël aux pays du Golfe. Washington l’a déjà précisé publiquement, en cas d’attaque iranienne, il n’hésitera pas à répondre directement à la première personne. La position face aux menaces iraniennes marque un nouveau développement dans l’alliance entre Téhéran et Moscou, où l’Iran s’engage de plus en plus à fournir des armes au pays russe ; tactiquement, les drones de Téhéran étaient fondamentaux contre les défenses ukrainiennes et désormais la fourniture éventuelle de missiles d’une portée capable de couvrir 300 et 700 kilomètres, pourrait apporter un avantage incontestable à Moscou, qui, à ce jour, a trop vieux, imprécis et inefficace . Ce facteur sera probablement décisif pour accroître la fracture mondiale et renforcer l’aversion des États-Unis envers le pays iranien. Dans ce scénario où le monde apparaît de plus en plus divisé en blocs, il sera intéressant de voir comment la Chine voudra se positionner : si, d’un côté, l’alliance stratégique avec la Russie a une fonction purement anti-américaine, une expansion de l’armée les conflits signifient une diminution de la capacité à créer de la richesse dans le monde entier : une question à laquelle Pékin est très sensible, afin de maintenir ses niveaux de croissance de manière à assurer l’avancement du pays dans son ensemble. Un conflit qui peut impliquer des pays faisant partie des grands producteurs de pétrole, signifie un arrêt pratiquement sûr de l’économie mondiale et avec une contraction significative du pouvoir d’achat des pays les plus riches. Pékin devra vraisemblablement abandonner son aversion pour les États-Unis et s’engager dans des négociations, à l’égard desquelles il a jusqu’à présent maintenu une attitude trop timide pour ne montrer aucun signe de faiblesse envers Washington. Cependant, il reste possible que la menace iranienne ne soit que verbale et que Téhéran n’entende pas mettre en pratique un usage des armes auquel il aurait tout à perdre : en fait, même cette solution ne semble pas pouvoir distraire un une opinion publique qui n’a jamais été aussi déterminée, et en effet, un conflit ne pourrait qu’aggraver la perception que les citoyens iraniens ont de leur propre gouvernement ; au contraire, le gouvernement iranien semble vouloir détourner davantage les observateurs internationaux des observateurs internes, mais ce faisant, il favorise la coalition d’exécutifs qui n’ont pas connu de moments positifs mutuels, obtenant un isolement toujours plus grand.

Le danger nucléaire et l’évolution du conflit

La simple menace d’une solution, qui pourrait inclure l’utilisation d’armes nucléaires, ouvre des scénarios complètement nouveaux pour la guerre ukrainienne, avec des phases qui pourraient éloigner le conflit des combats traditionnels. L’Alliance atlantique estime qu’une réponse directe avec l’utilisation d’armes atomiques est éloignée, en réponse à une éventuelle bombe nucléaire tactique, c’est-à-dire d’une portée d’environ un kilomètre et demi, même si elle promet des conséquences très graves pour Moscou ; d’autre part, le Kremlin a précisé à plusieurs reprises que l’utilisation d’engins atomiques n’est prévue qu’en cas d’invasion du sol russe, même si les farces référendums l’ont élargi, incorporant le territoire contesté à Kiev. La phase actuelle du conflit voit, d’une part, l’avancée terrestre des troupes ukrainiennes, qui procèdent de manière systématique à la reconquête de ce qui a été conquis par les Russes et, de la part de Moscou, l’utilisation massive d’armes à longue portée des missiles, qui sont dirigés principalement contre des infrastructures civiles, dans le but clair d’épuiser davantage la population. A l’examen des roquettes qui ont touché l’Ukraine, il apparaît cependant que Moscou est en train d’épuiser son arsenal de ces armements et ce, si d’une part cela peut être interprété comme une bonne nouvelle, d’autre part cela ouvre à la possibilité que la Russie puisse utiliser d’autres types d’armements ; pour l’instant, avec des roquettes à longue portée, des drones kamikazes de fabrication iranienne sont utilisés, qui permettent d’obtenir d’excellents résultats, qui grâce à leur faible coût, permettent une grande utilisation avec une réalisation des objectifs presque sûre. Pour l’instant, l’Ukraine n’a pu que peu contre ces deux armes utilisées ensemble, mais les fournitures de batteries anti-missiles par certains pays européens et d’appareils capables de modifier les fréquences de fonctionnement des drones, ont des possibilités concrètes pour réduire le potentiel offensif de Moscou sur le sol de Kiev. Sur le terrain, la Russie n’a pour l’instant déployé que des conscrits, soumis à l’enrôlement forcé, très peu entraînés et sans expérience du combat, dont le sacrifice a pour seul but de préserver les troupes les plus entraînées. Cet aspect crée un profond mécontentement en Russie et les cas d’insubordination se multiplient dans les casernes, ce qui risque de compromettre le pouvoir central. Ce facteur, combiné à l’évolution négative du conflit et aussi aux difficultés dues aux sanctions, pourrait conduire à l’utilisation d’armes nucléaires, mais cette décision, en plus des implications militaires, aurait encore plus de conséquences politiques de nature interne et externe. . La fin annoncée du recrutement forcé s’inscrit dans ce contexte, une fois le chiffre de 300 000 hommes atteint et ce qui semblait être l’intention de donner une sorte d’arrêt au conflit, dans le but de maintenir les positions actuelles, tout est fait ‘ tout sauf pris pour acquis. L’objectif russe actuel semble être de gagner du temps et de maintenir des positions en attendant une nécessaire réorganisation des forces armées et de leur arsenal, l’instauration de la loi martiale dans les territoires annexés, doit être lue dans ce sens : créer les conditions d’un recul comme le moins possible, même dans l’espoir de l’arrivée du climat rigoureux, qui ne favoriserait pas l’avancée ukrainienne. L’impossibilité de négociations pour la fermeture des deux camps ne doit pas décourager l’action diplomatique, pourtant difficile, qui doit procéder pour de petits objectifs, comme l’échange de prisonniers et la recherche de phases de trêve dans le conflit : c’est un point de départ fondamental nécessaire permettre une conversation indirecte entre les parties, qui, dans cette phase, ne peut être couverte que par des organisations internationales ou par des pays et institutions neutres capables de favoriser toute relation entre les pays belligérants. Le risque nucléaire reste le plus grand danger, mais désamorcer les revendications des pays qui violent ouvertement le droit international apparaît comme une exigence tout aussi fondamentale pour la poursuite de la paix mondiale, qui doit être l’objectif principal. La solution de la crise ukrainienne semble de plus en plus lointaine, notamment parce que l’utilisation d’armes et leur approvisionnement est une exigence indispensable tant pour Kiev que pour tout l’Occident, qui avec une défaite du pays ukrainien verrait dangereusement près de ses frontières le danger. de la Russie de Poutine. Une situation capable de propager un conflit désastreux à toute l’Europe.

Les États-Unis et l’Occident augmenteront l’aide militaire à Kiev pour aider à regagner les territoires perdus

Malgré la potentielle suprématie russe, le scénario du conflit ukrainien semble en constante évolution, ce qui devient moins positif pour Moscou. Selon Washington, l’offensive de Kiev est constante et planifiée, grâce aux progrès réalisés par les militaires ukrainiens dans les actions menées dans le sud du pays contre les troupes russes. Parallèlement à ces succès pour Kiev, la bonne nouvelle est le renouvellement de l’aide militaire, non seulement des États-Unis, mais aussi des pays qui craignent l’invasion russe. Après le début des hostilités, datant de six mois plus tôt, l’Occident voit des signes positifs sur le terrain, grâce à la reconquête de certaines villes ukrainiennes volées à l’occupation de Moscou ; cela laisse entrevoir un scénario différent de celui jusqu’alors présent, où Kiev s’était limité à résister à l’invasion russe, mais avec une évolution vers une possible reconquête du terrain perdu. Cette perspective a été attestée par le secrétaire américain à la Défense devant les ministres de la Défense des pays de l’Alliance atlantique et les représentants d’une cinquantaine de nations qui soutiennent les efforts ukrainiens. Le lieu de la réunion était la base militaire de Ramstein, où une aide de 675 millions de dollars relative aux armes spéciales, aux véhicules blindés et aux armes légères a été officialisée ; en particulier les roquettes, les obusiers et les systèmes antichars, qui s’avèrent fondamentaux pour le redressement de Kiev. Ces fournitures sont nécessaires pour approvisionner les armureries ukrainiennes après l’épuisement des arsenaux de production soviétiques et russes. Les États-Unis ont également plaidé en faveur d’une plus grande participation à l’aide à l’Ukraine pour atteindre l’objectif de vaincre Poutine. Du point de vue de la durée du conflit, les analystes émettent l’hypothèse d’un scénario pouvant envisager une durée de plusieurs années, loin des prédictions d’une conclusion rapide, c’est pourquoi il est nécessaire de mettre en œuvre et de moderniser l’équipement d’armement de l’Ukraine et former d’importantes réserves de munitions légères et lourdes. Ce facteur est considéré comme stratégique, non seulement pour l’endiguement de la Russie, mais aussi pour poursuivre le processus de reconquête des territoires ukrainiens volés à Moscou et arriver à des conditions favorables pour mettre fin au conflit. Les États-Unis se confirment comme le pays le plus engagé dans l’effort financier pour soutenir Kiev, l’actuelle administration de la Maison Blanche a signé un engagement pour la fourniture d’environ 13,5 milliards de dollars d’armements compatibles avec les systèmes d’artillerie de l’Alliance atlantique, des armes considérés comme plus modernes que ceux utilisés par les Russes et qui donnent les résultats escomptés face à Moscou. Certes, la seule fourniture d’armements ne suffit pas, il faut aussi des équipements contre le climat rigoureux, auquel les combattants devront affronter l’hiver prochain et l’entraînement de plus en plus intense des militaires ukrainiens à l’utilisation de nouveaux systèmes d’armes, si différents du cadre des armements soviétiques et russes. Cette nouvelle tournure du conflit, qui met en lumière la possibilité concrète de renverser une prédiction qui était toute en faveur de la Russie, investit toute une série de réflexions sur le plan militaire et géopolitique, sur les possibles comportements de Moscou, qu’il faut prendre en grande considération, tant par les stratèges ukrainiens qu’occidentaux. Poutine ne peut plus revenir en arrière : son prestige et celui de son entourage gouvernemental seraient grandement compromis : une défaite en Ukraine n’était même pas prévue et ne pas avoir résolu l’opération militaire spéciale en sa faveur en peu de temps apparaît comme un demi-échec. Moscou a toujours l’option nucléaire, dont les conséquences ne sont pas prévisibles, sauf dans une guerre totale, dans laquelle les Chinois n’apporteraient guère leur soutien. Les stocks d’armements américains sont bien supérieurs qualitativement et la détermination des soldats russes n’est pas comparable à celle des Ukrainiens ; les sanctions mettent à rude épreuve l’Occident qui, pourtant, d’un point de vue énergétique, bien que lentement, réorganise ses systèmes d’approvisionnement, alors que Moscou, déjà en défaut, prouvera bientôt la pénurie de produits occidentaux, elle ne sera guère remplaçable avec des produits similaires d’autres régions du monde : ce ne sont pas des produits de luxe, mais des produits sans lesquels les entreprises ne pourront pas fonctionner, de plus les blocages financiers et la vente de matières énergétiques à prix réduits réduiront la disponibilité des manœuvres d’une économie déjà en difficulté avant la guerre, comme celui de la Russie. Ces perspectives risquent d’inciter Poutine à des gestes extrêmes capables de faire reculer le monde de nombreuses années, pour éviter cela il faut combiner les mesures actuelles avec une stratégie diplomatique qui peut être un raccourci pour permettre au conflit de se terminer.

La Chine et la Russie utiliseront le yuan et le rouble pour leurs transactions sur les matières premières énergétiques

L’attitude chinoise envers la Russie, concernant l’invasion du pays ukrainien, a jusqu’à présent été ambiguë d’un point de vue politique, mais plus claire d’un point de vue économique. Cette réflexion explique en fait le comportement adopté par Pékin depuis le début des hostilités contre Kiev, concernant le rejet des sanctions contre Moscou, conçues comme une opportunité inespérée de bénéfices économiques pour la Chine. Bien sûr, la proximité politique avec la Russie existe de toute façon, mais elle doit s’inscrire davantage dans une fonction anti-américaine, plutôt que dans des motivations véritablement partagées, sinon comme un fait qui a créé une sorte de précédent pour une éventuelle invasion de Taiwan. Cette possibilité, bien que concrète, est néanmoins encore considérée comme lointaine par la plupart des analystes. Tout commence par le besoin de Moscou de trouver d’autres marchés pour les matières premières, après avoir perdu celui de l’Europe en représailles. La Chine a toujours recherché des approvisionnements énergétiques pour soutenir la croissance nécessaire pour hisser le pays au rang de grande puissance et créer la richesse interne nécessaire pour éviter de trop nombreuses remises en cause de son système de gouvernement. Le pays chinois est donc le marché dont Moscou a besoin pour vendre ses matières premières, même si elles sont fortement décotées, en raison du manque de demande. Les deux pays sont parvenus à un accord sur les devises d’échange qui exclut à la fois l’euro et le dollar, au profit du yuan et du rouble : avec un système de paiement qui prévoit l’utilisation de la moitié des deux devises pour chaque transaction. Si pour la Russie l’intention est de donner un signal politique à l’Occident, en évitant l’utilisation des monnaies des pays hostiles, qui ont gelé les réserves de Moscou à l’étranger, pour la Chine l’augmentation de l’utilisation du yuan au niveau international a un effet très importance économique non négligeable, car elle permet à sa monnaie d’atteindre la cinquième place après le dollar, l’euro, la livre sterling et le yen japonais, dans le classement des devises les plus utilisées. L’ambition est de vaincre la devise japonaise et de se rapprocher du podium, en tant qu’outil fonctionnel de sa politique étrangère, en vue de favoriser son expansion dans les marchés émergents d’Asie et d’Afrique et donc d’exercer une part encore plus importante de soft power dans ces régions. Le rouble, en revanche, est même sorti des vingt monnaies les plus utilisées et, avec cet accord, il pourrait tenter de remonter dans le classement, même si en ce moment, avec le pays soumis à des sanctions, cela plus qu’éloigné possibilité semble irréalisable, même si l’intention de Moscou est de conclure un accord similaire avec la Turquie, qui, bien que membre de l’Alliance atlantique, n’a pas adhéré aux sanctions. Ankara a des raisons pratiques de profiter de la vente de gaz russe car son économie est en grande difficulté et un accès favorable aux matières premières énergétiques pourrait favoriser un développement de son système de production. Actuellement, la position de la Russie vis-à-vis de la Chine en matière d’approvisionnement en matières énergétiques se classe au premier rang des fournisseurs, ayant même dépassé l’Arabie saoudite en matière d’approvisionnement du secteur pétrolier. La balance commerciale entre les deux États est clairement en faveur de Moscou, qui exporte des marchandises pour 10 000 millions d’euros vers Pékin, dont 80 % concernent le secteur de l’énergie, tandis que la Chine n’exporte que des marchandises vers la Russie pour 4 000 millions d’euros. Pékin ne semble pas souffrir de ce déséquilibre car il permet d’accéder aux ressources énergétiques russes à des conditions favorables et, en même temps, ne considère pas l’exportation de ses produits vers l’ancien pays soviétique comme potentiellement commode. L’accès facilité aux ressources russes, en revanche, favorise une plus grande productivité des entreprises chinoises, ce qui pourrait favoriser la concurrence des entreprises occidentales, américaines et européennes, générant une conséquence indirecte des sanctions très dangereuses. En revanche, interrompre la politique de sanctions et d’aide, y compris militaire, à l’Ukraine est certainement impossible, malgré certains politiciens de droite en Occident qui ont manifesté cette intention. L’unité et la compacité de l’Occident sont aussi une protection contre l’expansionnisme chinois, qui craint plus que tout le blocus de ses marchandises vers les marchés les plus riches, qui continuent d’être ceux de l’Occident aligné contre la Russie.

Le commissaire des Nations unies aux droits de l’homme dénonce les pressions de la partie chinoise pour ne pas publier de rapport sur les Ouïghours

Pratiquement à la veille de la fin de son mandat de commissaire aux droits de l’homme, qui expire le 31 août, Michelle Bachelet, ancienne présidente du Chili, a révélé avoir subi des pressions pour ne pas publier un rapport tout fait, qui dénoncerait les exactions de Pékin contre la minorité musulmane ouïghoure, qui compte une population d’environ douze millions de personnes présente dans la région nord du Xinjiang. La Chine aurait envoyé une lettre, également signée par quarante autres pays dont les noms n’ont pas été révélés, dans laquelle l’intention était de dissuader le Commissaire aux droits de l’homme de ne pas publier le rapport. La rédaction du rapport en question est en cours depuis trois ans, mais comprend également les résultats de la visite du commissaire en mai dernier, qui a provoqué de vives critiques de la part d’Amnesty International, de Human Rights Watch et aussi du département d’État américain pour l’attitude jugée trop accommodant de la part de l’émissaire de l’ONU envers les autorités chinoises, qui ont été critiquées avec des tons jugés trop modérés. Malgré la période de traitement assez longue pour la préparation du rapport, la publication a été reportée à plusieurs reprises pour des raisons officielles inconnues, bien qu’il soit supposé que Pékin et ses alliés ont matériellement opéré dans ce sens. Une justification fournie par la commissaire elle-même est que le retard est dû à la nécessité d’intégrer les résultats de la visite contestée de mai dans le rapport, en tout état de cause l’objectif de publication serait d’ici la fin du mandat de la commissaire, c’est-à-dire d’ici la fin du mois d’août, même s’il n’y a pas de confirmation officielle à cet effet. De nombreux pays occidentaux ont spécifiquement demandé la publication du rapport, mais le gouvernement chinois a exprimé des demandes pour examiner de plus près les résultats de la recherche ; pour compliquer la situation, une recherche par quatorze journaux internationaux est intervenue, qui a réussi à examiner des documents officiels chinois qui auraient confirmé la persécution des Ouïghours, à travers des violations continues et systématiques des droits de l’homme subies par au moins plus de deux millions de personnes avec la pratique de l’internement, également subi par des mineurs, dans des centres de rééducation, où en plus de l’administration de violences physiques et psychologiques, les Ouïghours sont utilisés comme main-d’œuvre sans rémunération, dans une condition comparable à l’esclavage. Pékin dément ces allégations en définissant les centres de détention comme des instituts de formation professionnelle. L’accusation contre Bachelet par le secrétaire d’État américain est qu’il n’a pas demandé à la Chine des nouvelles des Ouïghours disparus et de ceux déportés vers d’autres régions chinoises, déracinés de leurs lieux d’origine, même certaines organisations de défense des droits de l’homme ont défini la gestion du commissaire comme trop docile envers la Chine et demandant qu’elle soit remplacée par des personnes plus déterminées. La volonté de démissionner de son rôle de commissaire aux droits de l’homme s’est matérialisée juste après son retour de la mission en Chine et serait justifiée par des raisons personnelles. La coïncidence apparaît pour le moins suspecte, il aurait pu s’agir d’une trop forte pression chinoise pour déterminer la vraie raison de la démission et la conscience de ne pas savoir affronter une telle épreuve, c’est-à-dire de ne pas pouvoir affronter les conséquences de une relation trop peu sévère de la part des pays occidentaux ou l’inverse de la part des chinois. En tout cas, une fin peu glorieuse de son mandat de commissaire aux droits de l’homme, qui d’une manière ou d’une autre marquera la figure politique de Bachelet.

Des doutes sur l’attentat de Moscou

Concernant l’attentat qui a tué la fille du principal idéologue de la suprématie russe sur l’Eurasie, il ne fait aucun doute qu’il a joué un rôle déterminant dans le soutien à la revitalisation du consensus pour la guerre contre l’Ukraine. La résolution quasi immédiate de l’affaire par les services secrets russes, qui s’est déroulée avec une rapidité qui a pu être mise à profit pour prévenir l’incident de manière préventive, contribue également à renforcer ces doutes. La zone la plus extrémiste qui soutient le président Poutine est touchée, celle que répond le père de la victime qui se réfère à la théorie, développée avec l’effondrement de l’empire tsariste et mise de côté à l’époque communiste, d’une Russie contrefort de l’ouest libéral. Bien que le père de la victime, à qui l’attaque aurait pu être dirigée, ait été désigné par beaucoup comme l’idéologue de Poutine, il n’existe aucune preuve concrète de ce lien, néanmoins la présence active de cette partie extrémiste du Kremlin ses partisans est directement fonctionnelle à ce qui a toujours été son programme électoral, basé sur la restauration de la Russie dans ce qu’elle pense être son rôle de grande puissance et, actuellement, le programme militaire et géopolitique de reconquête du pays ukrainien et de le ramener directement sous son influence, pour remettre en pratique pour rétablir la zone d’influence qui appartenait déjà à l’Union soviétique. La guerre contre Kiev, qui était censée aller dans l’autre sens, est aussi une guerre contre l’Occident, mais pour l’importance Poutine considère que l’objectif premier est plus fonctionnel de devenir un exemple pour tous les peuples et nations que ce qui est considéré de Moscou comme son propre zone d’influence exclusive : soumettre l’Ukraine est un avertissement à tous ces pays qui ont l’ambition de rompre avec la domination russe et, peut-être, d’aller à l’Ouest. Bien sûr, l’objectif est aussi d’arrêter l’expansion et la présence occidentale à la frontière russe, mais les objectifs, bien sûr, vont de pair. Le consensus général des Russes envers l’opération militaire spéciale semble de moins en moins convaincu, malgré l’interdiction de manifester publiquement, il y a des signes de malaise face aux sanctions, qui ont causé une baisse de la qualité de vie de la population, et, surtout tout, la difficulté de trouver les combattants nécessaires pour poursuivre le conflit en Ukraine. L’obligation de s’adresser aux populations les plus pauvres qui fournissent des soldats non préparés de l’Est du pays est un signal éloquent du refus de s’enrôler et donc de partager la guerre de Poutine, de la part des populations russes les plus riches et les plus éduquées ; de plus, l’hostilité des proches des morts et des soldats faits prisonniers des Ukrainiens va grandissante, qui recourent de plus en plus à tous les moyens pour avoir des nouvelles de leurs proches. Poutine se retrouve dans une situation sans issue : un éventuel retrait équivaudrait à une défaite et une défaite pourrait faire tomber toute la centrale électrique de la Russie, ce bilan conduit à deux considérations sur l’attaque : bien que Moscou ait aussitôt accusé l’Ukraine, elle semble peu probable que Kiev ait mené à bien une opération aussi difficile, sans même la réclamer. Il est également possible que la bombe ait été placée par des terroristes russes opposés au régime de Poutine, mais cette possibilité apparaît encore plus difficile dans un régime où le contrôle de l’appareil de sécurité est très strict et utilise des outils technologiques de haut niveau, tels que la reconnaissance faciale. Si ces hypothèses sont exclues, on ne peut donc que supposer une attaque provoquée par l’appareil russe lui-même pour solliciter un plus grand ressentiment envers le pays ukrainien, après tout, les déclarations menaçantes du souverain et des nationalistes présents aux funérailles ont été particulièrement violentes envers Kiev. Si cela devait être vrai, cependant, cela signifierait que Poutine ressent également l’effondrement même du côté le plus nationaliste et le plus belliciste de ses partisans : un fait très inquiétant car il dénonce la distance entre le président russe et ses partisans qui sont plus convaincus de la justesse de l’opération militaire., à tel point qu’il leur faut un acte de provocation pour susciter l’indignation nécessaire au soutien du conflit. L’autre hypothèse est qu’avec l’attentat se concrétise l’espoir d’obtenir un plus grand soutien dans les couches de la population les plus réticentes à la guerre, mais encore sensibles au nationalisme russe. En tout cas, un geste désespéré du régime du Kremlin qui signale une difficulté croissante sur le champ de bataille et sur celui de l’agrément chez lui, qui pourrait représenter le début de la fin pour le chef du Kremlin et sa bande.