Les demandes d’asile augmentent en Europe

Au cours des six premiers mois de cette année, les demandes d’asile adressées aux vingt-sept pays de l’Union européenne, auxquels s’ajoutent la Norvège et la Suisse, ont atteint le chiffre de 519.000 demandes, soit une augmentation de plus de 28% par rapport à la période de référence du dernier année. Parmi ces demandes, 30 % concernent l’Allemagne, 17 % l’Espagne et 16 % la France. Avec ces données, nous pourrions potentiellement atteindre le chiffre de plus d’un million de demandes, un chiffre similaire au chiffre record de 2016. 13% des demandes d’asile proviennent de Syrie, ce qui équivaut à environ 67 000 personnes, avec une augmentation par rapport à la même période de l’année dernière. , de 47%. Les causes de cette véritable migration sont à rechercher dans l’aggravation de la guerre civile, qui a provoqué une aggravation des conditions économiques et l’hostilité des Turcs, qui au cours des années précédentes avaient absorbé une grande partie de l’émigration en provenance de Damas, contre la population syrienne. La route migratoire la plus suivie par les citoyens syriens est celle des Balkans et cela affecte les pays qui collectent les demandes d’asile, comme la Bulgarie, avec 6%, et l’Autriche, avec 10%, même si ces destinations représentent de plus en plus des solutions de transit vers l’Allemagne, qui a un pourcentage de demandes de 62%, grâce à l’enracinement de la communauté syrienne, favorisé les années précédentes par la chancelière Merkel. Immédiatement après la Syrie, le deuxième pays de demande d’asile est l’Afghanistan, avec 55 000 demandes ; bien qu’il s’agisse d’un bassin migratoire qui a toujours assuré des quotas substantiels de migrants, la décision des États-Unis d’abandonner le pays a favorisé le retour des talibans, qui, une fois au pouvoir, ont considérablement comprimé les droits de l’homme et pratiqué une politique économique désastreuse, qu’ils ont aggravée déjà situation difficile, obligeant le pays à dépendre presque exclusivement de l’aide humanitaire internationale. Même si l’origine des migrants des zones africaines et asiatiques ne constitue pas une surprise, on constate une augmentation des demandes en provenance de zones d’Amérique latine, comme le Venezuela et la Colombie, qui ensemble atteignent 13% des demandes, dans leur totalité pratiquement dirigées vers l’Espagne. , expliquant ainsi la deuxième position européenne de Madrid dans le classement des demandes d’asile. Ces données très inquiétantes sont enregistrées peu après la clôture du pacte sur l’immigration et moins d’un an avant les élections européennes. La résistance désormais habituelle de la Pologne et de la Hongrie à la répartition des migrants aggrave la situation interne de l’Union européenne et met en évidence le manque d’efficacité et de prévoyance des politiques de régulation des flux. L’accord de juin entre les ministres des Affaires étrangères de l’Union prévoyait une sorte de taxe, d’un montant de 20 000 euros par personne et par an, pour les pays qui refuseraient de contribuer à la répartition des migrants et était conditionnée par le vote contre de Budapest et de Varsovie ; précisément en Pologne, en octobre, aura lieu un référendum sur le thème de l’accueil des migrants, convoqué par le gouvernement de droite en place. Une fois de plus, Bruxelles se présente avec des divisions internes et sans sanctions capables de diviser la charge migratoire, se présentant à l’opinion publique mondiale comme faible et facilement soumise au chantage des dictatures anti-occidentales, qui utilisent la question migratoire comme une véritable arme de pression sur l’Europe. . Cet état de fait détermine, dans une période où la cohésion occidentale est de plus en plus nécessaire, un côté vulnérable au détriment non seulement de l’Union, mais aussi de l’Alliance atlantique. Des accords comme celui entre l’Union européenne et la Tunisie, en plus d’être inefficaces, sont signés avec des régimes dictatoriaux, qui profitent de la faiblesse individuelle, dans le cas de l’Italie, et de la faiblesse globale d’une institution incapable d’être unie et qui permet de faire prévaloir les intérêts nationaux sur les intérêts supranationaux. Le cas italien, véritable frontière sud de l’Europe, clarifie encore plus la situation : 65 000 arrivées, cela équivaut à 140%, si on le compare à la même période de 2022, et pourtant Rome reçoit très peu d’aide des membres de l’Union, soucieux de sauvegarder leurs situations individuelles. Tant que cette logique ne sera pas surmontée, avec une situation qui deviendra de plus en plus grave, en raison des guerres, des famines et des urgences climatiques, l’Europe et l’Occident seront toujours soumis au chantage.

Pourquoi Xi Jinping n’ira pas au G20

Le prochain sommet du G20, qui se tiendra à New Delhi, en Inde, enregistre, avant même de commencer, une absence très importante, celle du président chinois Xi Jinping. C’est la première fois que cela se produit car, pour Pékin, les réunions du G20 ont toujours été considérées comme des occasions importantes pour présenter une image moderne capable de représenter la seule alternative à l’hégémonie américaine et, précisément pour cette raison, la présence des plus hautes personnalités. L’autorité chinoise était considérée comme essentielle à la participation de la République populaire. De nombreuses spéculations et hypothèses ont déjà été formulées à propos de cette absence, qui n’expliquent cependant pas pleinement les raisons d’une absence aussi importante. Certains experts ont expliqué que le président chinois, avec son absence, voulait dévaluer l’institution du G20, considérée comme une émanation occidentale, pour se rapprocher, également d’un point de vue diplomatique, des économies émergentes de l’hémisphère sud. et à encore plus de relations avec la Russie. Cette explication semble cependant contraster avec la nécessité pour la Chine d’entretenir des relations commerciales avec les régions les plus riches de la planète : l’Europe et les États-Unis, malgré d’importantes divergences de vues. S’il est vrai que l’expansion chinoise se développe en Afrique, Pékin ne peut pas renoncer au débouché de ses marchandises vers les marchés les plus rentables, surtout dans une phase, comme celle actuelle, où la contraction de l’économie interne génère des besoins de compensation, qui ne peut être trouvé que sur les marchés les plus riches. Même la question des relations avec la Russie, qui existe sans aucun doute, doit être posée dans un contexte diplomatique, qui sert à équilibrer les relations géopolitiques au niveau mondial avec l’Occident, dans un cadre toutefois non symétrique avec Moscou, qui semble être le partenaire faible de l’alliance. La réponse la plus correcte à l’absence de Xi Jinping doit plutôt être recherchée, dans les relations entre la Chine et l’Inde, dans un moment historique où Pékin sent approcher son ennemi historique où le dépassement de la population et l’expédition sur la Lune ne représentent que des cas plus récents. que la comparaison. L’absence de la plus haute fonction chinoise vise à diminuer la pertinence du G20 indien et à le priver de toute visibilité possible qui pourrait le mettre en valeur, comme la rencontre avec le président Biden, qui a dû comparer leurs positions respectives sur les relations commerciales et géopolitiques et qui sera probablement reporté en novembre à San Francisco, lors du Forum de coopération économique Asie-Pacifique. Il convient également de rappeler que les hauts responsables chinois et indiens se sont récemment rencontrés en Afrique du Sud lors du sommet des BRICS et qu’à l’époque, la rencontre avec Narendra Modi n’avait pas été boycottée, précisément parce qu’elle se déroulait en territoire neutre. En revanche, le président indien espérait obtenir un grand avantage en termes d’image internationale, précisément parce que l’organisation du G20 et l’absence de Xi Jinping, potentiellement, peuvent invalider une bonne partie de ces consensus attendus. Il faut également ajouter que, précisément lors de la rencontre sud-africaine, les tensions entre les deux personnalités ont été exacerbées en raison de la question séculaire des frontières dans la zone himalayenne. Malgré ces raisons stratégiques, la Chine ne peut pas complètement snober le sommet du G20, ni pour présider avec précision la réunion, qui se concentrera sur des questions de première importance : ce sera ainsi Li Qiang, numéro deux du régime, qui représentera Pékin ; ce choix se veut un signal sans équivoque, tant pour l’Occident que pour l’Inde elle-même, par lequel Pékin entend démontrer qu’il veut toujours être au centre des discussions qui seront au centre du sommet.

Orban doit quitter l’Union européenne

Viktor Orban a tenu un discours idéologique, qui le place davantage comme un allié potentiel de Poutine, que comme un membre effectif de l’Union européenne, après tout son programme électoral, qui lui a permis de gagner, était axé sur l’opposition à l’Union européenne, dont, pourtant, la Hongrie bénéficie de solides contributions. Le manque de cohérence de l’homme politique magyar semble coïncider avec la majorité de ses concitoyens, qui exploitent l’absurde régulation de l’Union de l’approbation des mesures à l’unanimité et non à la majorité. Orban a prophétisé en prédisant la dissolution de l’Union européenne et la chute des États-Unis ; si le second apparaît comme un souhait, pour le premier la solution serait simple : faire comme la Grande-Bretagne et sortir de Bruxelles. Cependant, cette éventualité ne rentre pas dans les plans d’Orban, qui, peut-être, s’est donné pour tâche politique de faciliter la dissolution de l’intérieur, avec son comportement absurde totalement contraire aux valeurs fondatrices de l’Union européenne. Pour Orban, l’Occident est un ensemble d’États riches mais faibles, qui n’ont aucune intention d’affronter la concurrence des puissances mondiales. Si, d’un certain point de vue, cette affirmation a des parts de vérité, il semble également vrai que des personnages comme l’homme politique hongrois ne contribuent pas peu à une vision commune, qui peut élever le niveau qualitatif de Bruxelles face aux grandes puissances mondiales, en fait la vision d’Orban définit l’Europe comme une sorte de ghetto économique, politique et culturel avec un avenir de décadence sans espoir, malgré une consommation élevée, qui la conduira à un destin de désolation. La juxtaposition avec la prévision du Fonds monétaire international, qui prévoit la sortie des dix premières économies mondiales et le passage de l’Allemagne de la quatrième à la dixième d’ici 2030, avec la supposée dégradation de l’Union, résumée dans les valeurs : migration, LGBT et guerre, apparaît comme une rhétorique malheureuse, qui va à contre-courant des tendances mondiales et une réplique bas de gamme de ce qui se dit dans les lieux de pouvoir russes ; même l’attitude persécutrice, mise en œuvre avec l’opposition à l’entrée dans l’Alliance atlantique de la Suède et de la Finlande, poursuivie uniquement parce que les deux pays contestaient la dérive populiste du gouvernement Orban, encadre bien la faible valeur politique du personnage. L’aversion pour les États-Unis, semble répliquer les raisons de Poutine, la prétendue perte de la position de Washington en tant que leader mondial vis-à-vis de la Chine, pourrait risquer de mettre le monde en conflit, sans se rappeler que son ami de Moscou met la paix mondiale en bien plus grand danger. La position hongroise est la seule en Europe à être correcte, car elle rejette les valeurs hédonistes et n’entend pas procéder au remplacement de la population par des immigrés qui rejettent les valeurs chrétiennes ; non seulement cela, il réserve des critiques de plus en plus insistantes à l’égard de la Roumanie, car plus de 600 000 personnes de langue magyare fidèles aux traditions résident en Transylvanie, menaçant secrètement le droit d’un autre pays sur ce territoire. Il y a de quoi que les dirigeants de l’Union interviennent, comme ils auraient dû le faire depuis longtemps, de manière dure contre ce personnage et la majorité du pays, qui, malgré tout, le soutient. Il n’est pas possible de permettre à des politiciens qui ne partagent pas les principes sur lesquels l’Union est fondée de permettre une telle arrogance, qui fait suite au déni des règles démocratiques dans leur propre pays, avec l’introduction de la censure et le refus du pouvoir judiciaire d’exercer sa fonction de manière autonome. Il semble également inutile de rappeler comment Budapest, avec d’autres pays de l’ancien bloc soviétique, a rejeté le principe de mutualité et de solidarité dans la répartition des migrants et a été en total désaccord avec les politiques européennes approuvées par la majorité des États. Une telle présence constitue un frein à l’action politique commune et des solutions automatiques et immédiates doivent être envisagées, pouvant sanctionner de la sanction pécuniaire de financement, jusqu’à la suspension voire l’expulsion de l’assemblée européenne. Les défis actuels doivent être affrontés sur la base des idéaux fondateurs de l’Union, sans permettre que ceux-ci soient altérés par des visions contraires et rétrogrades, si tous les membres ne peuvent être maintenus ensemble il vaut mieux que ceux qui ne partagent pas l’action politique commune en soient écartés.

Poutine menace la Pologne

Le déploiement militaire de la Pologne à la frontière biélorusse a énervé Poutine, qui a menacé Varsovie, citant même Staline ; pour le chef du Kremlin, la menace pour la Pologne est due au fait que le pays biélorusse forme l’alliance supranationale entre la Russie et la Biélorussie avec Moscou. Le déploiement militaire polonais est considéré comme une menace tangible pour l’existence même de la Biélorussie, car il est opéré par un pays de l’Alliance atlantique. La raison de la peur de Varsovie réside dans la présence dans la région de Minsk de la milice privée de Wagner, qui, après le coup d’État manqué, s’est réfugiée dans le pays de Loukachenko avec son autorisation. Une plaisanterie malheureuse du dictateur biélorusse, sur la possibilité de franchir la frontière avec la Pologne, a déclenché un état de tension très élevé, qui rapproche de plus en plus la possibilité d’un affrontement entre l’Alliance atlantique, dont la Pologne fait partie, et la Russie, dont, en fait, la Biélorussie est plus un État vassal qu’un allié. Bien sûr, Poutine a précisé qu’une attaque contre Minsk équivaudrait à une attaque contre Moscou. Le président russe fait également l’hypothèse d’un envoi conjoint de soldats polonais et lituaniens en territoire ukrainien, dans la région de Lviv.Selon Poutine, l’intention des deux pays ex-soviétiques devenus adversaires ne serait pas d’aider les Ukrainiens, mais de les priver de territoire : il s’agit, à l’évidence, d’une tentative de semer le trouble dans la coalition qui soutient Kiev avec des informations susceptibles de déstabiliser les relations entre les trois gouvernements. En réalité, ces déclarations n’ont aucun crédit international et s’adressent plutôt à l’opinion publique russe, dans une tentative extrême de revitaliser la popularité de la population envers l’opération militaire spéciale, qui semble faire de moins en moins consensus. Toujours identifier de nouveaux ennemis et donner une importance particulière, même en déformant l’histoire, avec des récits construits pour son propre usage et sa propre consommation, révèle que l’isolement de Moscou est de plus en plus tangible même à l’intérieur des murs du Kremlin. L’accent mis sur la prochaine visite de Loukachenko, certes pas un acteur international de premier plan, mais un personnage dominé par Poutine, constitue un complément d’information sur la façon dont la Russie accuse sa solitude internationale et tente de la contourner, exploitant la moindre opportunité. D’un point de vue militaire, cependant, il est un fait que la décision de Varsovie, aussi légitime soit-elle, parce qu’elle a été prise à l’intérieur de ses propres frontières, constitue une aggravation de la situation, en raison de la possibilité concrète d’une extension du conflit, tant en termes de nombre et d’entité des acteurs impliqués, qu’en raison de l’élargissement du territoire impliqué. Un développement de la guerre dans la partie nord du pays ukrainien, celle à la frontière avec la Biélorussie, pourrait atténuer la pression de Kiev sur l’armée russe, qui peine à contenir la percée de l’armée de Zelensky dans les zones occupées par l’Armée rouge. Désormais, une extension du conflit dans ces zones pourrait également impliquer la frontière avec la Pologne, tandis que les possibilités d’une extension vers les frontières de la Lituanie et de l’Estonie sont plus éloignées. La crainte occidentale est qu’il s’agisse d’une stratégie que Poutine entend adopter, en utilisant son allié biélorusse et la milice Wagner, actuellement engagée uniquement dans la formation des soldats de Minsk, mais qui pourrait se réhabiliter aux yeux du Kremlin, en devenant le protagoniste des actions contre l’Ukraine menées par la Biélorussie. Un scénario possible, dont l’Ukraine pourrait difficilement sortir victorieuse ; or, dans ce schéma possible, le point faible est précisément la proximité de la Pologne, qui ne pouvait tolérer la présence d’envahisseurs dans les régions de l’Ukraine proches des territoires polonais proches de ses frontières. C’est là que réside le dilemme, quelle sera la volonté de Poutine de mener à bien un plan si risqué qu’il obligerait l’Alliance atlantique à être directement impliquée dans le conflit. C’est une hypothèse qui risque d’être de plus en plus proche et de conduire au déclenchement de la troisième guerre mondiale, avec toutes les conséquences imaginables. Pour l’instant, les USA se taisent, mais pour empêcher le conflit d’avancer vers l’ouest, il faudra maintenir le plus grand équilibre possible dans un scénario qui n’est certes pas facile, où le guide doit être qu’une guerre mondiale ne peut être bénéfique à aucun acteur impliqué.

La situation mondiale et régionale difficile provoque un rapprochement entre la Corée du Sud et le Japon

Historiquement, les relations entre le Japon et la Corée du Sud ont été difficiles en raison des problèmes survenus avec l’occupation par le Japon de la péninsule coréenne de 1910 à 1945 et l’asservissement de plus de 800 000 Coréens comme travailleurs forcés dans les usines de Tokyo et forçant au moins 200 000 femmes à devenir sexuellement abusé au nom des soldats de l’occupation japonaise ; de plus, il y a eu des disputes sur certains îlots, contrôlés par Séoul après la défaite de l’empire du soleil levant. La Cour suprême coréenne a remis ces questions sur le devant de la scène lorsqu’elle a statué en 2018 que les entreprises japonaises impliquées devaient indemniser les Coréens victimes d’esclavage, ce qui a entraîné les restrictions imposées par Tokyo sur les importations de produits coréens, qui ont miné les relations entre les deux États jusqu’à le dialogue est bloqué. L’un des points du programme de Shinzo Abe était de changer la constitution pacifiste, comme un premier pas vers une approche qui pourrait permettre de contenir la Chine, dans cette perspective aussi la relation avec la Corée du Sud devait devenir collaborative, tant du point de vue diplomatique point de vue, et du point de vue économique, justement pour combattre Pékin aussi au niveau de la production. Le travail d’Abe n’était que commencé, mais qui, pour les relations entre les deux pays, était fondamental et qui, dans le scénario actuel, a permis le début d’une réconciliation entre les deux nations. Dans ce contexte, a lieu la première visite officielle d’un chef de gouvernement japonais, depuis 2011, sur le sol sud-coréen. Bien sûr, la menace de Pyongyang est la première urgence des discussions, car la menace atomique n’est pas désamorcée, mais d’autres sujets seront sur la table lors de la réunion. Pour faciliter davantage la reprise des contacts, le gouvernement de Tokyo a prévu un projet d’indemnisation des travailleurs réduits en esclavage, comme l’a demandé la Cour suprême coréenne et cela a déterminé le nouveau jugement de Séoul, qui a défini l’État japonais d’agresseur militariste à partenaire qui partage les valeurs universelles du pays sud-coréen. Cette ambiance de plus en plus détendue avait déjà favorisé la visite du président de Séoul au Japon, qui a eu lieu en mars dernier et après douze ans d’absence. La normalisation des relations diplomatiques a permis d’aborder des questions de développement commun telles que la défense, l’économie et les finances. Pour le moment, ce qui inquiète le plus les deux dirigeants, c’est la sécurité mutuelle, compte tenu de la menace de la capacité balistique et nucléaire croissante de la Corée du Nord, mais aussi de l’attitude de Moscou et de l’expansionnisme de la Chine, qui a fait d’importants investissements dans le secteur militaire pour renforcer son appareil de guerre. Derrière ce rapprochement, ainsi que les raisons déjà évoquées, il y a l’action diplomatique de Washington, qui place depuis quelque temps le contraste avec la Chine pour la suprématie des mers orientales au centre de son intérêt international, tant pour le Japon que pour la Corée. Au sud, les USA représentent l’allié majeur, mais la distance entre Séoul et Tokyo n’a pas permis jusqu’à présent une synergie pour développer une relation trilatérale plus étroite, notamment face à la menace plus immédiate que représente Pyongyang ; mais aussi l’évolution de la guerre ukrainienne, avec la Russie ouvertement contre le bloc occidental, est une sérieuse source d’inquiétude, compte tenu du rapprochement progressif de Moscou avec Pékin. Si la Corée du Nord est la menace la plus proche, le vrai croque-mitaine ce sont les ambitions chinoises qui, avec une action potentielle contre Taïwan, mettraient en péril les équilibres régionaux déjà fragiles, risquant d’entraîner les deux pays dans un conflit ; au-delà de ces menaces concrètes, l’attitude générale de Pékin, de plus en plus déterminé à établir une zone d’influence sous son contrôle, doit être l’argument décisif pour mettre de côté les distances entre les deux pays et les convaincre d’établir des relations toujours plus étroites pour unifier les efforts de sauvegarde leur sécurité mutuelle. Du point de vue de la Chine, la reprise du dialogue entre les deux pays ne sera pas vue de manière positive, car elle a favorisé sa politique en la matière, même si indirectement, au contraire désormais, Pékin devra aussi composer avec la synergie avec les États-Unis et ce ne sera certainement pas le bienvenu : cela pourrait provoquer des démonstrations de force dans les mers de l’Est, élever le niveau de garde dans une région à plusieurs reprises dans la balance en raison d’éventuels incidents entre les forces armées de pays aux intérêts opposés.

Pour contrecarrer les plans de la Chine, Taïwan doit être reconnu

L’activisme chinois autour du conflit russo-ukrainien montre à quel point Pékin a intérêt à être reconnu comme protagoniste de l’affaire, officiellement au nom de la réconciliation entre les parties. En réalité, le plan de paix chinois n’est pas fait pour être pris au sérieux par les deux parties adverses et est donc une stratégie qui cache d’autres objectifs derrière la volonté de représenter une action pacificatrice. Certes, il y a aussi la volonté de participer activement à un éventuel arrêt des hostilités, la certification d’un rôle actif dans la recherche de la paix, mais ce n’est que l’apparence extérieure, qui cache un plan mûrement réfléchi, qui s’inscrit dans l’opposition avec les USA et avec l’Occident, plus généralement. Les raisons sont différentes et la tentative de les identifier ne peut représenter qu’une simple conjecture, cependant, il existe plusieurs faits concrets qui peuvent soutenir ces théories. La nécessité de créer une plus grande sélection de la polarisation de l’affrontement, pour éviter la situation multipolaire actuelle sur la scène internationale, a poussé Pékin à envisager de mettre Moscou en situation de vassalité de la Chine, une tâche facilitée par le besoin de la Russie de briser l’isolement. , politique et économique, dans lequel il se trouve. L’action chinoise pourrait servir à permettre au Kremlin de gagner du temps pour sa propre réorganisation, avant tout militaire, un facteur à payer cher, avec une sorte de soumission non déclarée aux volontés chinoises. Ce fait permettrait à la Chine d’étendre sa zone d’influence mondiale avec un partenaire doté de la force atomique : un élément dissuasif important dans l’avenir des relations avec Washington. Si ce facteur est d’ordre international, il en est peut-être un plus inquiétant d’ordre interne, pour la Chine, constitué par la question de Taiwan. L’ambiguïté chinoise sur l’Ukraine, malgré le désastre pour les exportations de Pékin et la dégradation de l’économie mondiale, tient précisément au précédent du conflit actuel entrepris par Moscou pour reconquérir des territoires qu’elle a toujours considérés comme faisant partie de sa nation. Au-delà de quelques déclarations impromptues et extrémistes d’officiels chinois sur la légitimité de l’action russe, le président Xi Jinping a essayé de maintenir officiellement une attitude prudente sur le conflit, tout en n’aimant pas l’élargissement de l’Alliance atlantique jusqu’à la frontière de Moscou, mais il a averti à plusieurs reprises que la question de Taiwan ne peut être traitée de la même manière par l’Occident, car l’île de Formose est considérée comme faisant partie intégrante du territoire chinois, bien qu’elle n’ait jamais fait partie de la République populaire de Chine ; dans le même temps, il a intensifié les exercices militaires et les épreuves de force, véritables menaces, contre Taipei et contre toutes les ambitions occidentales. L’Alliance atlantique a réagi en ripostant par la présence de navires, aussi bien américains, français, anglais et italiens, mais il est entendu que cette stratégie purement militaire n’est pas suffisante si elle n’est pas appuyée par une action politique beaucoup plus forte. Malgré tous les risques que cela peut comporter, le moment est venu de reconnaître officiellement Taïwan comme État souverain et d’ouvrir des représentations diplomatiques auprès de lui, non seulement comme un outil pour établir des relations officielles et concrètes, mais comme une défense contre toutes les formes possibles de violence contre Taipei. Certes, si cette éventualité devait se concrétiser, la Chine protesterait très fortement et intensifierait sa politique en faveur de la Russie, pour menacer l’Occident, mais elle ne pourrait pas aller trop loin dans la riposte, car la principale préoccupation de Pékin, avant toutes les autres, est la croissance économique qui est utilisé comme un outil pour éviter les dérives contre le gouvernement du pays et pour maintenir la dissidence à un niveau très bas. Perdre les marchés les plus riches de la planète serait un retour de bâton susceptible de mettre le régime en difficulté, bien plus grave que de ne pas annexer Taïwan ; certes, la reconnaissance de Taïwan pourrait créer des problèmes diplomatiques avec la Chine, mais si elle est réalisée en bloc par l’ensemble de l’Union européenne, avec les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres membres occidentaux, comme l’Australie et le Japon, pour la République populaire de La Chine il sera très difficile de contrer diplomatiquement et aussi la mobilité militaire et, par conséquent, les menaces sur Taïwan devraient être réduites et les ambitions chinoises pourraient prendre fin. À l’inverse, une telle démarche pourrait accélérer et déclencher une escalade militaire contre Taipei, mais dans ce cas, l’économie chinoise resterait effectivement isolée immédiatement, sans plus la possibilité de voir son produit intérieur brut croître jusqu’aux chiffres nécessaires pour continuer à contenir la dissidence.

L’Ukraine toujours plus proche de l’Alliance atlantique

La visite du secrétaire de l’Alliance atlantique à Kiev a immédiatement pris une importance considérable, tant pour le fait lui-même que pour les assurances, même si elles ne sont pas immédiates, que la place du pays ukrainien sera de devenir membre de la coalition occidentale. Le président ukrainien semblait plus concentré sur les problèmes du présent, demandant à l’Alliance atlantique un soutien militaire toujours plus important pour permettre à son pays de contenir la Russie et de maintenir son unité nationale. La visite du secrétaire général à Kiev a provoqué de vives réactions à Moscou, qui a rappelé que l’une des raisons du conflit, voire de l’opération militaire spéciale, est précisément d’empêcher l’intégration entre l’Ukraine et l’OTAN. Le but de la visite de Stoltenberg était de réitérer le soutien à l’Ukraine, face à l’opinion publique mondiale, à la fois dans le passé, dans le présent et aussi dans le futur où il y aura des problèmes de reconstruction à régler, cependant derrière le but officiel, il était nécessaire de s’entendre avec l’Ukraine sur la pleine opérabilité avec l’Alliance en termes de normes militaires et de doctrines stratégiques, pour remplacer les technologies soviétiques, qui constituaient encore la base de l’équipement militaire de Kiev ; tout cela pour assurer une réponse plus efficace aux attaques russes. Pour compenser la pénurie de ses armements, l’Ukraine a reçu des matériaux ex-soviétiques des pays du rideau de fer, qui étaient mieux adaptés à la technologie d’armement de Kiev, mais au fur et à mesure que la guerre progressait, cela a été progressivement remplacé par des armements de l’OTAN, pour lesquels une formation spéciale est nécessaire. . Si la contiguïté entre l’Ukraine et l’OTAN est de plus en plus intense sur le terrain militaire, le président ukrainien a également revendiqué une plus grande implication politique et a demandé à être invité au prochain sommet de Vilnius en juillet : ce qui a été entériné justement lors de la visite de Stoltenberg. Moscou vit cette intégration avec appréhension, mais en est presque totalement responsable ; maintenant il faut comprendre si cette adhésion pourra provoquer un ralentissement ou une aggravation du conflit : car c’est une chose de menacer Kiev de ne pas entrer dans la zone d’influence occidentale et une autre chose de lutter contre un pays de plus en plus au sein de la sphère occidentale. Cette étape supprime un facteur possible d’interruption des hostilités, identifié précisément dans une sorte d’impartialité de Kiev, configurant le pays ukrainien comme une sorte de nation tampon entre l’Occident et la Russie. Avec la visite de Stoltenberg, ce scénario semble désormais exclu, même si l’entrée totale dans l’Alliance atlantique ne peut être que reportée, pour éviter une entrée directe dans le conflit des troupes occidentales sur le sol ukrainien. Le fait fondamental, cependant, est que l’avenir ne peut être que si Moscou ne parvient pas à gagner complètement la guerre en conquérant toute l’Ukraine, sans aucune partie exclue : ce qui ne semble pas possible compte tenu de la façon dont le pays a développé le conflit. L’avenir devrait donc voir des troupes de l’Otan juste à la frontière entre l’Ukraine et la Russie et pas seulement aux frontières avec Moscou et les pays baltes et la Finlande. On comprend comment Poutine a déjà échoué dans toute tentative de retirer l’Alliance atlantique et donc les États-Unis et l’Europe de sa propre frontière et comment se matérialise son plus grand cauchemar, celui qu’il faut éviter en lançant l’opération militaire, qu’il ruine économiquement le pays et causant un grand nombre de victimes parmi les soldats russes. De ce rapprochement progressif entre Bruxelles et Kiev, Moscou sort fragilisée tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, car les projets de son chef sont tous défaillants et même une cristallisation qui s’arrête aux territoires conquis implique que l’Ukraine est désormais définitivement entrée et définitivement dans l’orbite occidentale, avec tout cela suivra pour le prestige du président russe.

Les implications de la visite chinoise en Russie

La visite du président chinois à Moscou est présentée par les médias de Pékin comme un voyage pour la paix ; en réalité cette visite n’a qu’une valeur pour les deux pays concernés. La Chine cherche à s’accréditer comme le seul sujet capable de produire un effort de paix et capable de briser l’hégémonie américaine sur la scène internationale ; pour la Russie, c’est un nouvel effort pour sortir de l’isolement causé par l’opération militaire spéciale. Du point de vue des résultats possibles, les chances sont minces, voire nulles, de parvenir à la paix avec un plan sommaire et abstrait comme celui de la Chine. La pertinence politique est représentée par le fait que la Chine et la Russie apparaissent de plus en plus proches, surtout dans une fonction anti-américaine, au sens de vouloir créer une alternative multipolaire au pouvoir de Washington ; cependant, cette alliance entre Moscou et Pékin n’apparaît pas égale : la Russie a trop besoin d’être reconnue comme le principal pays alternatif aux États-Unis et est clairement subordonnée à la Chine à tous les points de vue, politique, militaire et, surtout, économique. Poutine s’est montré intéressé par les douze points du plan chinois, se déclarant prêt à négocier ; cette disponibilité, dont il convient de s’assurer de la sincérité, cache un calcul politique combiné, qui a pour but ultime l’aide matérielle de la Chine sous forme de fournitures militaires. Pour l’instant, cela ne semble pas se produire, alors qu’il semble fortement certain que Pékin fournit des équipements complémentaires (tels que des composants et des cartes électroniques), sans lesquels les bombes russes ne pourraient pas fonctionner. Les hésitations chinoises restent toujours celles de compromettre leurs parts de marché dans les territoires les plus rémunérateurs pour leurs produits : les USA et l’Union européenne ; cependant, la Chine ne peut pas laisser passer l’occasion de saper Washington, qu’elle considère, de toute façon, comme le principal adversaire. Le plan de paix proposé par la Chine, en ce sens, représente une nouveauté car il déroge à la règle principale de la politique étrangère chinoise : celle de ne pas s’immiscer dans la politique intérieure des autres pays ; en effet, s’il est vrai que le prononcé du respect de la souveraineté nationale semble s’inscrire dans le cadre de la règle générale, la non-reconnaissance de l’invasion russe ne peut manquer d’être lue comme une ingérence, même si elle n’est pas mise en évidence, précisément en matière de la souveraineté nationale, tant envers l’Ukraine qu’envers la Russie elle-même ; bref, le numéro d’équilibriste chinois ne peut convaincre d’une équidistance seulement annoncée entre les parties en conflit, qui ne se retrouve pas dans le document officiel. La tentative est maladroite et agit également contre Moscou, qui est obligée de vendre son pétrole à Pékin à des prix nettement inférieurs, pour ne recevoir en échange qu’une reconnaissance internationale et rien d’autre. La Chine se montre opportuniste en donnant une leçon exemplaire tant aux pays occidentaux, fascinés par le projet de la route de la soie, qu’aux pays africains, maintes fois exploités par l’expansionnisme de Pékin. La réalité montre un pays auquel il ne faut pas faire confiance, ce qui est également vrai pour la Russie, qui est maintenant devenue subordonnée au pays asiatique. La grande méfiance, qui va au-delà de la situation contingente, est que le système de pouvoir chinois veuille poursuivre le projet d’affirmer son système politique comme plus capable que d’autres, essentiellement la démocratie, de développer l’économie et de renforcer son État : des arguments sur lesquels Poutine et sa nomenclature sont, pour l’instant, certainement en accord, alors que la perspective sera peut-être différente lorsque Pékin encaissera les crédits avec Moscou. Du point de vue occidental, la question sera de contenir l’alliance, car il s’agit d’un commerce, certes déséquilibré, entre la Russie et la Chine : il faudra exercer une pression diplomatique sur Pékin pour qu’aucune arme ne soit fournie à Moscou, pour éviter augmenter les capacités des guerres russes et déterminer les prolongations du conflit ; après tout, les diplomaties occidentale et chinoise peuvent trouver un terrain d’entente sur cette question, car la guerre est un blocage pour leurs économies respectives et pour Pékin l’aspect de la croissance économique reste au centre de son schéma politique, en même temps pour l’Occident cette exposition flagrante de La Chine, aux côtés de la Russie, doit être un signal pour entreprendre un travail d’endiguement de l’activisme de Pékin.

Le système commercial mondial est en crise

La fonction de l’Organisation mondiale du commerce ne semble plus bénéficier de ce partage entre États, dicté par la nécessité d’encourager le processus, qui remonte aux années 90 du siècle dernier, de la mondialisation mondiale, entendue comme la volonté des grandes économies privilégier un ensemble de règles capables de garantir le libre-échange. C’était une action directe contre les protections étatiques et la volonté conséquente d’interrompre les aides gouvernementales aux entreprises et l’annulation partielle des politiques douanières, basées sur les droits et taxes sur les biens et services en provenance de l’étranger. La renaissance des nationalismes, à la fois politiques, militaires et surtout économiques, semble avoir mis en veilleuse le processus de libéralisation des marchés, ne laissant que les pires effets de la mondialisation : comme la compression des salaires et l’augmentation des inégalités qui en résulte, tant au niveau interne, entre les classes sociales, qu’au niveau international, fondé sur la profonde différence de richesse des nations. Il y a ceux qui blâment la politique des États-Unis, à cause de la présidence Trump, avant, et celle de Biden, maintenant ; or, l’action des USA découlait du comportement de la Chine qui, pour atteindre les objectifs de croissance qu’elle s’était fixés, fondait son action économique sur une politique étatiste forte, caractérisée par un grand autoritarisme, inconciliable avec la structure commerciale fondée sur des systèmes démocratiques. Il reste vrai que Biden, un internationaliste de nom, a bloqué le fonctionnement de l’Organisation mondiale du commerce, l’empêchant de nommer des responsables à l’organe d’appel de l’OMC, qui a précisément pour fonction de trancher les différends. Le point central est que l’Organisation mondiale du commerce peut autoriser l’introduction de tarifs commerciaux, uniquement dans le cas de questions de sécurité nationale, mais Washington conteste cette approche, arguant que cette attribution n’appartient qu’à la Maison Blanche, dans le cas de la souveraineté américaine. L’une des conditions de fonctionnement du système commercial mondial, qui devrait être garantie par l’OMC, est justement l’accord tacite entre les États de ne pas recourir à l’argument de la sécurité nationale, faute de quoi c’est tout le système qui devra être retravaillé. D’autre part, le montage institutionnel de la Chine ne permet pas un contrôle tel que celui que l’OMC peut exercer sur les États démocratiques, où le processus des relations entre l’État et les entreprises est complètement visible, alors que dans l’État chinois le mélange des public et privé est moins distinguable et le système de subventions et les pratiques protectionnistes sont plus difficiles à appréhender. Le comportement américain, également condamné par l’Europe, est essentiellement une réaction à la tendance protectionniste de Pékin, qui, de fait, aboutit à la paralysie de l’Organisation mondiale du commerce, incapable de remplir son rôle d’arbitre ; cela provoque un retour dans le passé avec un commerce international de plus en plus bloqué par les tarifs nationaux et la protection des produits internationaux. En pratique, l’évolution du commerce international rencontrera une série d’accords régionaux, fondés sur des convenances économiques et politiques, avec des différends réglés, non plus par un acteur supranational, mais par des négociations politiques et commerciales, qui auront lieu sur les parties relatives concernées , sans affecter le scénario global. Probablement ceux qui seront déclenchés seront des rapports de force déséquilibrés en faveur d’acteurs dotés de plus grandes capacités au détriment des petits pays : un scénario qui indique qu’il faut de plus en plus d’instances supranationales, basées sur des critères géographiques ou même sur des intérêts communs réciproques, capable d’équilibrer la puissance de grands sujets comme les États-Unis ou la Chine ou encore l’Union européenne. Cela impliquera un effort politique pour les pays qui ne sont pas inclus dans ces acteurs, visant à promouvoir des actions communes sous l’égide d’organisations déjà existantes, comme, par exemple, l’Union des États africains, en renforçant leur valeur internationale. Le risque concret est que ces questions provoquent de nouvelles tensions internationales, allant multiplier les facteurs de crise mondiale, dans une phase historique déjà fortement affectée.

Poutine bombarde l’Ukraine après la visite de Zelensky en Europe

L’accueil des pays de l’Union européenne, réservé au président ukrainien Zelensky, a provoqué une réaction virulente de Moscou, irritée par le traitement réservé à un héros de la défense de la nation agressée. Il y a au fond deux aspects qui agacent Poutine : le premier est la portée internationale que la visite de Zelensky en Europe a permis de donner à la question ukrainienne et à son invasion, permettant au monde de comprendre que l’Europe soutient Kiev de manière pratiquement compacte, une aspect peu apprécié dans un Kremlin de plus en plus isolé sur le plan international ; la seconde, bien pire d’un point de vue militaire, était la promesse d’une aide militaire supplémentaire, pouvant aller jusqu’aux avions de chasse. Les représailles ont été un bombardement massif avec des missiles de croisière tirés depuis des navires russes stationnés près de la Crimée et des territoires de l’est de l’Ukraine, occupés par les troupes russes. Malgré la communication du chef des forces ukrainiennes, aucun missile n’a traversé la Roumanie, pays appartenant à l’Alliance atlantique, qui a en tout cas été frôlé par le passage d’un porte-avions à seulement 35 kilomètres de ses frontières, provoquant l’alerte de l’OTAN. procédures. Être traversé par au moins un missile russe était la nation de la Moldavie, qui est un pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne. Comme à son habitude, Poutine menace de près l’Alliance atlantique, s’approche de l’erreur susceptible de provoquer le conflit et envahit l’espace aérien d’une nation non impliquée dans le conflit. En revanche, le Kremlin considère le ravitaillement et l’entraînement fournis par les pays occidentaux aux forces armées ukrainiennes comme une participation indirecte au conflit aux côtés de Kiev. En plus de la capitale Kiev, les bombardements ont frappé d’autres villes importantes du pays, et avaient le double objectif de détruire des infrastructures vitales, telles que des centrales électriques et des réseaux de distribution d’énergie, de poursuivre la politique d’aggravation de la situation des civils pour générer à partir de l’intérieur un opposition au gouvernement ukrainien actuel : une tentative ratée et avec peu d’espoir qu’il atteindra son objectif. L’utilisation massive de missiles a contraint l’anti-aérien ukrainien à une grande quantité numérique de missiles anti-aériens, qui a intercepté 70% des missiles russes, mais, en même temps, a vidé les arsenaux, un autre facteur a contribué à cela : l’interception de drones de fabrication iranienne, anéantis à 80 %. La stratégie russe pourrait consister à affaiblir les contre-mesures ennemies en prévision de l’attaque printanière tant redoutée. C’est précisément pour cette raison que le voyage de Zelensky était nécessaire pour demander des fournitures urgentes de nouvelles armes, pour l’Occident la défaite de la Russie est nécessaire pour limiter le chef du Kremlin et l’amener à toute négociation dans une position défavorable. Cependant, il reste parmi les possibilités que la confrontation entre l’Occident et la Russie puisse devenir directe, surtout si Moscou échoue dans ses intentions et est contraint d’utiliser des armes atomiques à courte portée, déterminant ainsi la réponse des États-Unis et de la ses alliés.