Les États-Unis défendront Taïwan en cas d’attaque chinoise

Dans la question de Taiwan, le niveau de confrontation augmente dangereusement, après que le président américain a expressément déclaré que l’armée américaine s’engagerait directement dans la défense de l’île si la Chine entendait exercer une option militaire pour ramener Taiwan sous son autorité. Biden a assimilé l’engagement officiel à la défense des pays qui composent l’Alliance atlantique, l’étendant également au Japon, à la Corée du Sud et, en fait, à Taïwan. L’intention du locataire de la Maison Blanche est claire : faire barrière aux ambitions chinoises dans la région ; la déclaration n’impliquait cependant pas la seule option militaire, en fait, Biden a parlé de s’opposer au projet de réunification chinoise, d’abord par des solutions diplomatiques, mais, en cas d’échec de cette solution, il n’y aurait pas d’alternative à un engagement militaire direct. En réalité, cet engagement a déjà commencé avec l’envoi d’instructeurs militaires, qui ont pour mission d’entraîner les forces armées de Taiwan pour faire face à une éventuelle invasion de Pékin ; mais l’étape supplémentaire consistant à déclarer officiellement la possibilité d’une implication militaire directe des États-Unis dans la défense de Taiwan signifie un avertissement politique clair dirigé contre la Chine. De plus, cette évolution représente la conséquence logique d’une politique américaine à l’égard de Taïwan, qui a toujours impliqué des fournitures militaires, malgré un manque de reconnaissance officielle auquel a remédié l’envoi de représentants diplomatiques déguisés en représentants commerciaux ; de plus, la centralité du domaine dans la politique étrangère américaine s’est déjà matérialisée avec Obama, au détriment de celle de l’Europe et du Moyen-Orient, cette tendance s’est poursuivie avec Trump, tandis qu’avec Biden elle s’est même accentuée. La garnison des routes commerciales maritimes et la suprématie régionale américaine sont devenues primordiales, d’autant plus que la Chine a augmenté sa capacité militaire et déployé sa puissance économique, facteurs qui ont déterminé la nécessité américaine de mener à bien un confinement de Pékin avec tous les moyens disponibles. La déclaration de Biden soulève également des questions sur les véritables raisons du retrait soudain d’Afghanistan : besoin de tenir les promesses du programme électoral ou besoin d’avoir l’armée américaine à déployer sur d’autres théâtres de guerre ? L’enjeu n’est pas secondaire, car justement le désengagement du pays afghan, rappelons-le pas d’accord avec les alliés, permet la grande disponibilité des militaires à déployer à Taiwan. Si cette possibilité est vraie, le plan de Biden pour Taïwan est déjà en cours et planifié depuis un certain temps. La position de la Chine est toujours la même et est dictée par la considération de ne tolérer aucune ingérence dans sa politique intérieure et l’intention de réunifier le pays, promettant de suivre, comme à Hong Kong, le système d’un seul pays de deux systèmes. Le manque de disponibilité de Taïwan n’a pas été bien pris à Pékin, qui a intensifié la pression sur l’île avec le survol d’environ cent cinquante avions militaires : une action qui pourrait potentiellement générer des accidents dangereux et pas seulement au niveau diplomatique, c’est probablement cette initiative qui a provoqué la réaction publique de Biden. La Chine a averti de ne pas accepter de compromis sur la question de Taïwan et a averti Washington de ne pas envoyer de mauvais signaux en conflit ouvert avec l’intégrité du territoire chinois et la souveraineté du gouvernement de Pékin, sur lesquels aucun compromis ne sera accepté et il n’y a pas de place pour la négociation . L’avertissement du gouvernement chinois aux États-Unis, pour l’instant, est de ne pas compromettre les relations entre les deux pays avec une attitude ouvertement hostile. Aucun délai rapide n’est annoncé pour la solution de la question et il n’est même pas facile de faire un pronostic, étant donné l’immobilité des positions respectives ; le danger d’un conflit est pourtant concret, avec d’énormes répercussions potentielles sur les structures commerciales qui affecteraient toutes les économies de la planète, ne serait-ce qu’un resserrement diplomatique entre les deux parties. Après la pandémie, qui n’a pas encore été résolue, un éventuel blocus des routes commerciales maritimes pourrait générer un nouveau bloc de production capable d’arrêter le commerce au niveau mondial, s’il devait y avoir un conflit entre les deux grandes puissances mondiales, il faudrait revoir toutes les chances d’éviter la crise économique totale.