Reconnaître Taïwan

À l’heure actuelle, seules 22 nations reconnaissent officiellement Taïwan, en raison de l’opposition de la Chine, qui considère l’île de Formose comme faisant partie de sa souveraineté. L’importance économique évidente de Pékin sur la scène mondiale empêche, pour des raisons d’opportunité, les aspirations de Taïwan à être officiellement reconnue internationalement et les contacts avec les États étrangers n’ont lieu qu’informellement, à travers des bureaux commerciaux et de représentation de type entrepreneurial ; en réalité ces bureaux sont souvent de véritables représentations diplomatiques cachées, justement pour ne pas blesser le géant chinois. La question n’est pas secondaire, après les menaces chinoises apportées avec les tests de force à travers le survol d’avions militaires de Pékin sur l’espace taïwanais et les déclarations du président chinois, qui, une fois de plus, a expressément évoqué la nécessité de rejoindre le territoire. Taiwan avec la mère patrie chinoise selon la méthode d’un état deux systèmes, déjà utilisée avec Hong Kong, mais alors absolument pas maintenue. La direction chinoise considère que l’annexion de Taiwan est d’une importance fondamentale pour son projet géopolitique, ainsi que d’un point de vue interne, elle est fonctionnelle au projet de dominer les voies de communication maritime, considérées de plus en plus essentielles pour la circulation des marchandises ; cependant, la perspective interne est considérée comme très importante par le gouvernement de Pékin, car elle est considérée comme une sorte de distraction massive des problèmes de la répression des musulmans ouïghours, de la situation à Hong Kong et de la manière dont la dissidence est traitée en général. Le gouvernement chinois entend utiliser le nationalisme pour détourner l’attention des problèmes internes, qui incluent également la situation difficile d’endettement des collectivités locales, sur lesquelles la totalité de la dette nationale est payée, et les états de crise de nombreuses entreprises chinoises, dont la bulle immobilière n’est que l’aspect le plus évident. Il est clair que les ambitions de Pékin dans la région ne sont pas du goût des pays occidentaux impliqués dans la région. L’attention croissante des États-Unis s’est traduite par une plus grande présence dans la zone et par la construction d’alliances militaires avec une fonction clairement anti-chinoise. Encore récemment, la nouvelle que des instructeurs militaires américains sont présents à Taïwan pour entraîner l’armée locale à la guerre asymétrique, pour faire face à une éventuelle invasion chinoise, a accru la tension entre les deux superpuissances. La question centrale est de savoir s’il existe une réelle possibilité de conflit, étant donné qu’une réaction occidentale est à considérer comme allant de soi en cas d’invasion chinoise de Taïwan. Selon certains analystes, une dérive militaire serait hautement probable en cas d’initiative de guerre de la Chine ; cette éventualité aurait des répercussions énormes sur toute l’échelle mondiale des relations entre les États et aussi d’un point de vue économique, provoquant une contraction mondiale du produit intérieur brut global et des États individuels. Ce scénario est donc à éviter dans tous les cas, par des moyens pacifiques. Une solution pourrait être la reconnaissance par plusieurs états possibles de Taiwan en tant qu’entité étatique souveraine et autonome, une reconnaissance faite par un grand nombre de nations et réalisée avec un timing contemporain, obligerait Pékin à prendre acte de ce nouvel état de fait, sans avoir la possibilité de représailles contre les pays qui veulent reconnaître Taiwan au niveau international. La Chine, face à une telle mobilisation internationale, serait contrainte d’adopter une attitude différente et certainement plus modérée vis-à-vis de Taiwan. La mise en œuvre de cette reconnaissance auprès d’un public aussi vaste ne semble pas être chose aisée, mais elle mérite des réflexions approfondies car ses effets seraient à même de désamorcer la menace d’un conflit aux issues incertaines et limiteraient la dimension internationale de Pékin , suscitant, enfin, des effets sur l’état des droits humains et civils du pays chinois. Au lieu de s’engager uniquement dans un réarmement préventif, qui serait le seul fondement d’une paix armée, la solution diplomatique de la reconnaissance de Taiwan pourrait représenter une solution pacifique et intelligente, capable de permettre une réunion du camp occidental, aujourd’hui plus nécessaire que jamais, ensemble .à un signal très fort envers la Chine et en réaction à son expansionnisme.