Les raisons de la crise de Jérusalem-Est

Un certain nombre de facteurs concomitants contribuent à la situation tendue actuelle à Jérusalem-Est; la présence de causes qui contribuent à alimenter l’état actuel est plus présente du côté israélien, mais aussi du côté palestinien il y a des éléments qui contribuent à rendre toute la question instable. Partant des causes israéliennes, il semble impossible de ne pas considérer les principales responsabilités de la croissance politique et même électorale de l’extrême droite nationaliste, qui a fait de son programme de faire de la nation israélienne un État juif un instrument de forçage dans le dialogue politique du pays; le dialogue avec ce parti politique apparaît impossible, sinon avec l’intention de l’utiliser de manière fonctionnelle à ses propres fins et donc de céder à ses demandes pour obtenir son soutien. Cette stratégie politique a été à la base de l’action de Netanyahu, qui l’a utilisée sans trop de scrupules, bien que parfois ne partageant pas complètement l’approche de la droite nationaliste, pour atteindre son objectif fondamental: rester au pouvoir en tous points. Vu sous cet angle, le fait d’avoir sacrifié les résidents arabes, habitants légitimes des colonies occupées, et, par conséquent, la solution à deux États, jamais complètement niée officiellement, et, par conséquent, la paix et la stabilité du pays, confirme sa manque de scrupules et insuffisance de gouverner un pays au centre des grands enjeux internationaux. Nous devons également tenir compte du fait contingent de la situation judiciaire actuelle de Netanyahu: faire l’objet d’une enquête pour corruption, fraude et abus de pouvoir oblige à détourner l’attention du public de ces questions juridiques et du fait que l’ancien Premier ministre n’a pas été en mesure de former le nouveau gouvernement, mettant en évidence sa responsabilité dans l’état continu de paralysie de la politique israélienne: l’augmentation des tensions dans les territoires occupés et la centralité de la question de Jérusalem-Est, sont considérés comme d’excellents outils pour opérer la distraction de masse. Il y a aussi un grand absent dans le différend sur Jérusalem-Est: la société israélienne dans son ensemble, réticente à prendre position et à prendre position contre les actions provocatrices du gouvernement Netanyahu, révélant ainsi une certaine addiction à la politique d’homologation opérée par la rhétorique de la droite, nationaliste et en général de la tendance des derniers gouvernements israéliens; Les réactions des Églises orthodoxe et chrétienne ont été très différentes et ont fermement condamné les répressions et les expulsions subies par les familles palestiniennes déplacées de Jérusalem-Est. Bien qu’ils ne puissent pas être encadrés dans la dialectique de la politique israélienne, en ce moment, les dirigeants chrétiens et orthodoxes représentent la voix la plus autoritaire contre le travail du gouvernement de Tel Aviv, présent en Israël. La situation actuelle semble suivre ce qui s’est déjà produit avec le début de la deuxième Intifada, causée par l’attitude provocatrice de Sharon, qui présente de nombreuses similitudes avec l’actuelle de Netanyahu. La considération politique la plus importante à faire est que si l’expropriation du quartier palestinien de Jérusalem-Est réussit, la conséquence immédiate sera la fin de la possibilité de la solution de la formule à deux États, alors que d’un point de vue juridique, Israël l’action est encore une fois une violation du droit international et il faut se demander combien de temps la communauté internationale entend ne pas demander à Tel-Aviv ses actions. Du côté palestinien, l’échec le plus grave a été celui d’Abou Mazen et de son côté politique à réprimer toute dissidence, jusqu’au report des élections pour ne pas les perdre, les élections palestiniennes n’ont pas eu lieu depuis 15 ans et cela empêché une dialectique politique normale entre les différentes composantes palestiniennes, forçant la dissidence arabe à être dirigée uniquement contre Israël. Du point de vue de la politique internationale, la question actuelle risque de réunir le monde sunnite, qui a repris le dialogue en tentant de surmonter leur méfiance respective: l’activisme du ministre turc des Affaires étrangères a permis à la Turquie de reprendre le dialogue avec l’Arabie. L’Arabie saoudite et avec l’Égypte, malgré les profondes divergences de vues et un sujet au centre des discussions aura sans aucun doute été la question palestinienne, qui risque de revenir fortement sur le devant de la scène, également comme facteur de cohésion accrue du monde sunnite: un élément de plus en plus préoccupant est pour les USA, trop silencieux jusqu’à présent, et pour Israël lui-même, qui risque une détérioration des relations avec l’Arabie.