L’Arabie saoudite et Israël de plus en plus proches

La stratégie de la diplomatie saoudienne pourrait-elle marquer un point en faveur ou une défaite potentielle au sommet, non officiellement reconnue, avec le président israélien et le secrétaire d’État américain, désormais en fin de mandat? Il est bien connu que les contacts, devenus désormais une alliance officieuse, entre Israël et l’Arabie saoudite sont connus, surtout dans une fonction anti-iranienne, mais le voyage d’un chef d’État israélien accueilli dans la capitale saoudienne représente une nouveauté; même si le signal de nier la véracité de l’événement représente la présence d’une peur encore existante parmi les politiciens arabes de rendre officiel ce qui pourrait être compris comme une étape supplémentaire dans les relations entre les deux Etats. Si l’Arabie a maintenu une confidentialité assez explicite, en Israël, l’épisode n’a pas été accueilli favorablement au sein du même gouvernement en place, pour des raisons similaires. Netanyahu, n’a officiellement pas communiqué aux autres membres de son exécutif, un gouvernement certainement pas solide du fait de sa composition de compromis, le voyage en Arabie, qui a été immédiatement identifié, grâce à l’analyse de sites spécialisés dans l’analyse du transport aérien. Si pour l’Arabie saoudite les craintes peuvent coïncider avec le non-respect des accords de la Ligue arabe, qui subordonnent la reconnaissance d’Israël à la naissance d’un État palestinien à l’intérieur des frontières de 1967, pour Tel-Aviv, une manœuvre préventive du président Netanyahu peut être entrevue. d’anticiper les accords que la nouvelle administration américaine pourrait ne pas approuver. Ce n’est un secret pour personne qu’Israël et l’Arabie saoudite auraient préféré un renouvellement du mandat de Trump, certainement aligné sur les intérêts des deux États et une vision politique où les États-Unis se sont opposés à l’action iranienne dans la région. Une convergence d’intérêts qui pourrait ne pas coïncider avec les intentions du nouveau président américain, si l’attitude vis-à-vis de Téhéran venait à changer et l’accord nucléaire iranien devait être reconfirmé, comme signé par Obama. Même la présence de l’actuel secrétaire d’État, peu compréhensible si elle est encadrée à l’expiration de son mandat, semble vouloir donner une valeur préventive de rupture avec la future politique américaine. Si les futures relations diplomatiques entre les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite sont plus problématiques, Trump rappelle aux deux nations sa proximité personnelle, également en vue d’un éventuel retour de la compétition à la Maison Blanche dans quatre ans. En tout cas, confirmer cette rencontre, même avec tous les démentis de l’affaire, a le sens de vouloir compliquer la future action politique de la nouvelle administration américaine, présentant comme un fait acquis une relation de plus en plus étroite entre Tel Aviv et Riyad sur laquelle le nouveau président il devra travailler, s’il veut donner une direction différente aux structures régionales, pour pouvoir amortir les dangers potentiels actuels d’une confrontation avec l’Iran. Rendre le lien entre Israël et l’Arabie saoudite encore plus public est fonctionnel à Tel Aviv pour avoir une relation presque certifiée avec le principal exposant sunnite, pour se présenter comme un allié de cette partie de l’islam, avec le double objectif d’avoir le plus grand nombre d’interlocuteurs. possible de protéger ses intérêts chez lui au sein de la gestion de la question palestinienne et, en même temps, être un partenaire fiable des intérêts sunnites au niveau régional contre les manœuvres des chiites, donc non seulement contre l’Iran, mais aussi contre le Hezbollah au Liban, en Syrie et trop de pouvoir gagné contre les sunnites en Irak. En plus de l’intérêt commun contre Téhéran, Riyad doit accroître sa proximité avec Israël pour avoir un soutien contre l’avancée de la politique expansionniste turque dans les pays islamiques, dans une confrontation qui se joue au sein de la zone sunnite. Pour l’Arabie saoudite, il y a aussi un problème de plus en plus pressant d’accréditation auprès de l’opinion publique mondiale, après tous les investissements et efforts qui ont échoué en raison d’une situation interne encore trop grave pour le recours continu à la violence et à la torture. et la répression, qui ne permet pas une prise en compte adéquate des autres pays, si la puissance économique donnée par le pétrole est exclue. Riyad ne peut pas compter sur l’exercice de son propre soft power, comme la Chine, ce qui la relègue dans une position d’infériorité et de peu de considération, notamment par rapport aux pays occidentaux. Perdre un allié comme Trump aggravera cette situation devenant de plus en plus essentielle pour établir des relations avec le plus de sujets possible, même si elle est aussi inconfortable qu’Israël.