Royaume-Uni: le principal parti d’opposition propose un nouveau référendum sur l’Europe

L’histoire de la sortie britannique de l’Union s’enrichit d’un nouvel épisode. Le chef du principal parti d’opposition a décidé de soutenir un nouveau référendum sur le sujet. La décision est tardive, après une attitude jamais définie au sein de l’éducation ouvrière et avec la conviction du dirigeant lui-même de la nécessité de quitter l’Europe. Jusqu’à présent, seul le parti démocrate libéral s’est clairement exprimé contre le Brexit. Les positions au sein du parti travailliste, en revanche, ne sont pas homogènes et cela ne contribue pas à une position claire et non ambiguë du parti face à une éventuelle répétition de la consultation. Que cette répétition soit nécessaire semble avoir été une chose établie de longue date. Le référendum qui a décrété, avec peu de différence entre oui et non, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne s’est déroulé sans information en bonne et due forme et avec des informations manifestement faussées sur les conséquences, surtout économiques, que cela aurait sur les classes moins favorisées déshérités. En outre, d’un point de vue juridique, il s’agissait d’un référendum consultatif qui, en théorie, n’aurait pas dû avoir d’effets concrets, si ce n’était d’indiquer une voie au gouvernement. La nature même de la question était trop limitée à une réponse affirmative, qui n’avait aucune autre interprétation, à une réponse négative, qui, comme l’ont montré les événements ultérieurs, a eu des implications différentes: de celle sans conditions à celle plus atténuée des pays en développement. avec l’Europe un espace commercial commun. L’incapacité de la politique et des politiciens anglais a déterminé une immobilité négative à la fois pour Londres et pour Bruxelles. Évaluer les raisons de la décision du parti travailliste n’est pas chose aisée. Certes, des raisons d’opportunité politique ont conditionné ce choix: face à l’immobilité conservatrice, les travaillistes ont tenté de changer leur attitude politique, caractérisée également par une indécision déconcertante. , qui a provoqué une défaite sévère aux élections européennes. Les partis conservateurs comme les partis travaillistes, c’est-à-dire les partis qui se sont distingués par leur indécision, ont été les plus punis par les électeurs. Mais, alors que les conservateurs luttent contre le changement de direction, le parti travailliste tente de tirer parti de l’avantage de ne pas avoir ce problème, en relançant le thème du référendum. La chose peut cependant s’avérer positive car elle ramène au centre une chance de faire un choix fondamental pour le pays de manière plus consciente, mais l’incertitude du Labour quant à la manière de gérer la situation demeure complètement. Cette incertitude dans les deux principaux partis reflète l’image d’un pays divisé et confus qui ne sait pas comment prendre une décision: la responsabilité incombe toujours aux classes dirigeantes qui n’ont pas été en mesure de comprendre l’importance croissante des sentiments souverains d’une partie du pays et de leurs groupes. qui a su manipuler cette partie de la population et leur perception. Il convient de rappeler que le Royaume-Uni, au sein de l’Union européenne, jouissait de privilèges beaucoup plus importants que les autres membres et que malgré cela, Bruxelles était perçue avec aversion aussi parce que les classes politiques au pouvoir ne savaient pas expliquer l’importance de l’appartenance à l’Union. L’incertitude, cependant, concerne également la question de savoir si un nouveau référendum sera effectivement organisé: les gagnants de la sortie d’Europe font appel au non-respect de la volonté populaire, en cas de répétition, craignant, en réalité, un renversement du résultat. En conclusion, il n’est pas hasardeux d’affirmer que le résultat du scrutin devrait être déterminé par le gouvernement qui devra l’appliquer, mais cela est vrai même si un nouveau référendum n’est pas très difficile, car il est composé de personnalités des deux opinions, à un point tel qu’il est impossible de ne pas détecter que la vraie difficulté est de réparer un pays trop divisé et déchiré.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *