Les responsabilités de l’affirmation du populisme en Europe

Le discours prononcé par le Premier ministre italien devant le Parlement européen à Strasbourg a mis en lumière la distance que l’exécutif de Rome avait creusé avec les institutions de l’Union et les principaux pays européens. Bien que cette attitude ait de véritables raisons: la perception que l’Union est une expression des élites financières, la distance qui sépare les citoyens européens des décisions parlementaires, le pouvoir de décision excessif de l’Allemagne, en particulier dans le domaine de la fiscalité. En ce qui concerne les règles fiscales, les méthodes adoptées par le gouvernement italien pour lutter contre cet état de fait se sont révélées inappropriées et erronées. L’Italie s’est éloignée des membres qui ont fondé la Communauté européenne à laquelle elle appartient, afin de se rapprocher des pays eurosceptiques de l’Europe de l’Est, qui n’utilisent l’Union que pour des raisons de commodité et qui, pour prouver les faits, ont: alliés peu fiables pour Rome, n’offrant aucune aide à l’Italie sur la question des migrants. Si, d’un point de vue institutionnel, la tactique est fausse, l’attitude des parties au gouvernement semble encore pire, car elle se caractérise par un mélange de positions extrêmes et d’incompétence, qui disqualifie l’Italie en tant que sujet international. Il convient de reconnaître que le point de départ de la critique de l’Europe repose sur des aspects réels et incontestables, tels que l’abandon du pays italien sur la question des migrants, accompagné d’une dose massive d’hypocrisie dans la gestion du phénomène, ainsi la poursuite de l’application de règles strictes en matière de solde budgétaire a entraîné une détérioration significative des classes moyennes et populaires, raisons qui ont entraîné la croissance des mouvements populistes et anti-européanistes. L’anomalie italienne est qu’à Rome le premier gouvernement de ce type a pris ses fonctions dans l’un des pays les plus importants de l’Union, ce qui est très différent des cas polonais et hongrois. Cependant, les institutions bruxelloises n’ont pas adopté un comportement conciliant pouvant atténuer le danger, mais ont favorisé l’escalade du conflit. L’impression est que les eurocrates ont choisi d’attaquer frontalement le gouvernement italien pour empêcher la répétition de cas similaires dans d’autres pays. Si cette lecture est correcte, il faut tenir compte de l’aversion des Anglais pour l’Union, qui a provoqué son détachement, des phénomènes de protestation violente qui sévissent depuis un certain temps en France, du profond mécontentement du peuple allemand, également à cause de une prévision d’une chute importante de la croissance économique, de la croissance de mouvements populistes et anti-européens, même dans les pays scandinaves, où la qualité de la vie a toujours été meilleure. Les élections européennes presque imminentes sont susceptibles de sanctionner les politiques communautaires de ces dernières années, créant une division à laquelle il sera difficile de remédier. Si les institutions européennes continuent d’avoir une attitude de supériorité, parfois même justifiée, à l’égard de ces phénomènes politiques, les partis traditionnels, tant de la droite libérale que de la gauche, semblent peu en mesure de proposer des solutions alternatives à cette confrontation permanente avec les forces. populiste. D’autre part, il est difficile de ne pas imputer la responsabilité de ceux qui ont soutenu les choix politiques, notamment économiques, de l’Union et qui n’ont pas su agir de manière transversale entre les États pour permettre l’autonomie nécessaire de l’Europe, capable de la rendre enfin, un sujet indépendant, avec ses propres structures, pour s’opposer aux Etats-Unis de Trump, à l’intrusion de la Russie et à établir des relations d’égalité avec la Chine. Ces conditions sont toutes indispensables pour permettre de lutter contre l’inégalité économique, premier problème à résoudre au sein de l’Union, y compris par une politique étrangère capable d’imposer le point de vue européen et par attirer ainsi les investissements nécessaires à la gestion des urgences. qui doit être traité de manière organique et non de manière séparée, en fonction des intérêts de chaque État. L’Italie est aux prises avec un gouvernement bâclé et incapable, non seulement à cause de ses précédents dirigeants, mais aussi pour une politique européenne contraire aux intérêts des citoyens et des entreprises; ce problème est maintenant à Rome, mais il n’est pas exclu qu’à l’avenir cela affectera Paris ou Berlin et que si cela se produisait, la régression de l’Europe serait inévitable et les responsabilités très précises.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *