La Russie retire ses troupes de Syrie

Avant la visite prévue en Egypte, le président russe Vladimir Poutine a effectué une visite surprise en Syrie, où il a annoncé le retrait de la plupart du personnel militaire de Moscou présent dans le pays syrien. Pour la Russie, l’opération syrienne, à l’appui d’Assad, est pratiquement conclue en maintenant le gouvernement de Damas au pouvoir et avec la défaite de ceux qui ont été appelés les groupes terroristes militaires internationaux les plus puissants. Si Moscou retire la plupart de ses troupes signifie que croit que le danger d’un dépôt d’Assad a été évité et que les milices du califat, mais aussi ceux d’Al-Qaïda, qui est l’expression du terrorisme sunnite, ils ont été vaincus, alors comme il semble maintenant certain, même en Irak, après que le gouvernement local a donné l’annonce formelle de la défaite de l’État islamique. En ce qui concerne le régime de Damas, qui exerce désormais la souveraineté n’est pas la même qu’avant le début de la guerre civile, mais les parties les plus importantes du pays restent sous le contrôle d’Assad, alors qu’il ya encore quelques zones de moindre valeur , entre les mains de l’opposition démocratique, c’est celle qui est soutenue par Washington et la partie kurde à la frontière avec la Turquie, qui reste sous le contrôle des forces kurdes. Si, alors, Assad a maintenu sa position de leader de la Syrie, son administration semble maintenant sous le contrôle direct des Russes et plus discrètement des Iraniens qui continuent à maintenir une attitude réservée en public. La décision de Moscou pourrait être le sens du départ possible d’une phase de négociation pour l’avenir du pays syrien, où la présence massive d’une force armée étrangère déployée clairement, il peut être trop lourd, tant pour Damas, qui, pour la même que la Russie; d’autre part, le Kremlin a montré que dans le pays syrien restera un petit contingent et il retrait ne signifie pas que le désengagement contre le terrorisme, étant donné que Moscou est prêt à agir encore en vigueur, si la situation était à nouveau présent les forces terroristes en Syrie. Mais parmi les raisons du retrait, est arrivé dans une presque subite, il pourrait aussi y avoir des raisons liées au conflit, politiquement motivée, qui est en train d’émerger dans le différend entièrement interne à l’islam et aux récents développements au Moyen-Orient, à la suite de la décision américaine déplacez l’ambassade à Jérusalem et reconnaissez ensuite la ville en tant que capitale israélienne. Dans le contexte de ce conflit, deux blocs opposés se sont formés, d’une part, formés par les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite et, d’autre part, par la Russie, l’Iran et la Turquie. En comparaison avec le retrait de ses troupes de la Syrie, Moscou pourrait viser à avoir une position plus pertinente, du point de vue diplomatique, en comparaison, sans pouvoir être attaqué pour une présence militaire massive dans la région. Poutine a essayé à plusieurs reprises de prendre les bonnes décisions et à ce moment le Kremlin évalue dans un sens plus positif, une approche de la question plus douce. La Russie, qui est aux côtés de l’Iran, veut prendre une position plus modérée, pour équilibrer la dureté de Téhéran contre les Etats-Unis, Israël et l’ennemi historique représenté par l’Arabie Saoudite. Après le temps de l’intervention, Poutine estime qu’il est plus profitable de prendre une voie diplomatique, qui ne peut être influencée de manière négative par une manifestation continue de la force. Le blocus qui s’oppose au transfert de l’ambassade américaine, peut compter sur la position contraire de l’Europe, une convergence à partir de laquelle Moscou peut profiter du dualisme qui la lie aux USA. La position des plus influents pays européens, ont longtemps parlé contre l’expansionnisme israélien dans les colonies, contre la manœuvre renforcée des États-Unis, fait en l’honneur et avec le soutien du pays d’Israël. Cet état de la contrainte de la question israélo-palestinienne pourrait conduire à l’ouverture de nouvelles négociations, dans lesquelles les Etats-Unis perdent leur poids spécifique pour le refus possible de la direction palestinienne, tout comme à la suite de la décision de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. Dans ce cas, Poutine pourrait être crédité, peut-être avec l’Europe ou seulement avec certains États européens, en tant que nouveau garant des négociations.

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *